Spirou à bon port à Saint-Malo

Réalisée par l’association du festival Quai des Bulles, à Saint-Malo, « Chapeau bas Spirou ! » se propose de revenir sur l’histoire du plus célèbre groom de la BD, qui fête cette année ses 80 ans. 

Outre un climat aéré tout à fait propice par temps caniculaires, une vue magnifique et une vraie personnalité, Saint-Malo accueille jusqu’à fin octobre une jolie exposition consacrée à Spirou et à son histoire. Il est vrai que le héros est aussi un peu malouin, puisque c’est dans ce port d’Ille-et-Vilaine que son créateur, Robert Velter, alias Rob-Vel, finit sa vie. Et puis, comme le rappelle aussi Gérard Cousseau, scénographe de l’expo, le quatrième auteur à avoir repris le personnage, Jean-Claude Fournier, était aussi breton (et on lui doit l’un des meilleurs albums post-Franquin de la série avec le très bretonnant aussi Ankou).
Alors que le personnage devrait être encore dans l’actualité à la rentrée avec la parution du nouvel album d’Emile Bravo (Spirou ou l’espoir malgré tout, suite de son Journal d’un ingénu), c’est à une plongée dans toute l’histoire du personnage qu’a concocté l’équipe du festival Quai des Bulles, dans l’enceinte, étonnante, de la chapelle Saint-Sauveur, au coeur des remparts de la cité corsaire.

Un spirou géant accueille le visiteur à l’entrée de la chapelle.

Accueilli par un Spirou géant, le visiteur est incité à monter d’abord à bord d’un coin de bateau, rappel des origines du héros, inspiré à Rob-Vel par les petits grooms des paquebots transatlantiques que le dessinateur avait fréquenté pour avoir travaillé dans des studios de dessin à New York. Puis, d’alcôves en alcôves – les ex-chapelles latérales – quatre-vingts ans d’histoire se déroulent, de manière chronologique.
La naissance, donc, souhaitée par l’éditeur belge Jean Dupuis, en 1938 de « Spirou le p’tit roux ». Puis sa première reprise, durant la guerre, par Jijé, après le rachat des droits du personnage à son créateur.
Cette particularité éditoriale (un peu à la mode des comics US) explique la riche généalogie d’auteurs qui se sont succédés, chacun y allant de son apport. Jijé avait imaginé le personnage de Fantasio, le journaliste alter-ego de Spirou. Franquin, qui lui succède – et demeurera l’auteur majeur – crée le Marsupilami, mais aussi le comte de Champignac, Zorglub, Seccotine, etc. Bref, il pose les bases de la saga telle qu’elle se déploie depuis. Il lui insuffle aussi une actualité parfois plus caustique ou politique, veine qu’exploitera ensuite Fournier ; ce qui lui vaudra en partie d’être débarqué, d’ailleurs. Par la suite,  Nic et Cauvin, Tome et Janry (désormais plus reconnus pour leur série dérivée du Petit Spirou) puis Morvan et Munuera reprendront le flambeau, sans véritablement atteindre le même niveau. Ce sont désormais Yoann et Vehlmann qui poursuivent la saga d’un héros qui est loin de faire ses 80 ans.

Ils ont un chapeau rond, vive les Bretons !

Au-delà de l’aspect chronologique – enrichi de planches, de cartels explicatifs et de la possibilité de télécharger une appli pour smartphones pour des explications audio – cette exposition consacre plusieurs haltes ludiques, dans la jungle de Palombie (et un Marsupilami à retrouver) ou dans le labo du château de Champignac, et une petite vidéo qui, honnêtement, ne vaut pas le détour. Plus classique, mais plus intéressant, un long témoignage de Jean-Claude Fournier qui explique toute son histoire avec Spirou.
Enfin, justification du titre de l’exposition, sous un chapeau de Spirou géant, au centre de la nef, une quinzaine d’originaux des différents auteurs sont visibles, permettant en un coup d’oeil de voir l’évolution graphique du personnage.
Seul regret, l’absence de références des nombreux planches exposées, qui auraient méritées d’être sourcées et rapportées précisément aux albums dont elles sont extraites.

Mais si jamais vos itinéraires estivaux (ou automnaux) vous amènent vers la Haute-Bretagne, c’est une halte à faire.

Chapeau bas Spirou ! jusqu'au 14 octobre, chapelle Saint-Sauveur à Saint-Malo.
Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
Ce site utilise des cookies. Les cookies nous permettent de vous apporter des contenus et services adaptés à votre navigation et d'optimiser votre expérience du site grâce aux statistiques d'audience.
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
Super !Super !
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci !

Tags:

  • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

Le numérique dans la BD passé en revues

Les « revues numériques » commencent à apparaître en ligne, tels Professeur Cyclope ou Mauvais esprit, ...

Une âme en peine d’acceptation

Eclat(s) d’âme, tome 1, Yuhki Kamatani (scénario et dessin). Editions Akata, 176 pages, 7,95 ...

Winter (Station) is coming

Winter Station, Christophe Bec (scénario), Christi Pacurariu (dessin). Editions Glénat. 128 pages, 9,99 euros. Quand ...

Alex en dédicaces

Rendez-vous aussi rituel, désormais, que son habituel recueil de dessins de l’année, Alex, dessinateur ...

Première dédicaces de rentrée

Première séance de dédicaces de septembre à la librairie Bulles en stock, à Amiens, ...