Un pan de l’enfance de XIII se dévoile

XIII Mystery, tome 11: Jonathan Fly, Luc Brunschwig (scénario), Olivier TaDuc (dessin). Editions Dargaud, 52 pages, 11,99 euros.

1972. L’Amérique connaît encore les soubresauts de la révolte des années 60. Et notamment le mouvement des droits civiques des noirs. Justement, un de leurs leaders, le pasteur Isayah Caton-Wood a disparu. Le FBI distille l’info selon laquelle il se serait enfui ou se serait suicidé, pour des raisons personnelles et va fuiter ses derniers instants avec une call-girl. L’événement, qui ne manquerait pas de nuire au mouvement noir, va même atteindre Greenfalls, coin de montagne paumé où réside Jonathan Fly, jadis grand journaliste activiste désormais cantonné dans le quotidien local. Celui-ci, qui délaisse son fils Jason, s’intéresse aux raisons de la venue régulière à Greenfalls de J.K.Glover, le patron du FBI. Dont celle, toute récente, qui a suivi la disparition du pasteur Caton-Wood. Deux faits qui pourraient bien être liés, comme le journaliste va le découvrir, tandis que son fils, lui, se rapproche de Glover…

Jonathan Fly est un des personnages importants de la saga XIII. Et pas seulement parce que le héros sera connu un temps sous son patronyme de Jason Mc Fly. Mais, d’une part, le diptyque Dossier Jason Fly et La nuit du 3 août fait partie des meilleurs épisodes de la série ; d’autre part, la fin tragique du père de Jason – assassiné par le Ku Klux Klan – s’inscrivait dans l’arrière-fond politique de l’Amérique d’extrême droite qui marquait toute la saga XIII.
Pour le faire (un peu) revivre, c’est donc Luc Brunschwig qui a été choisi. Lui qui, à travers sa propre série du Pouvoir des Innocents, s’est également intéressé depuis longtemps aux coulisses glauques des Etats-Unis. Il s’attache ici, avec talent, à repositionner Jonathan Fly dans le contexte de ces années activistes 50-60, à travers l’évocation de personnages et de situations sibyllines (J.K.Glover fait bien sûr référence à Edgar Hoover et le couple Montrose, pour lequel le père de Jason se voit inquiété est une référence aux époux Rosenberg). L’idée de faire de Greenfalls un point nodal de l’activité du Klan est, lui, un peu moins subtile, mais permet de rattacher correctement cette histoire à l’intrigue principale.
Quant à la mise en images réalisée par Olivier TaDuc, elle se montre encore fidèle au style de Vance, avec un vrai dynamisme dans les cadrages et un beau portrait de XIII enfant (une évocation border line donc, par rapport au principe de ces spin-off qui ne devaient s’attacher qu’aux personnages secondaires… mais difficile quand même de parler du père sans montrer le fils). Et cet album apporte une jolie pierre de plus à l’édifice.

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci d'avoir voté !

Tags:

  • Au-delà des betteraves et des patates, la Picardie produit aussi des bandes dessinées. Rien d’étonnant, puisque résident ou sont nés ici un nombre grandissant d’auteurs. C’est l’objet de ce blog d’en parler. Tout comme des autres albums intéressants du moment, d’où qu’ils viennent. Et aussi de l’actualité qui nous touche et se rattache au 9e art. Bref, un blog qui ne se veut absolument pas officiel, ni exhaustif… mais éclectique et aussi varié que les goûts de chacun des contributeurs. // Cet espace est animé par des amoureux de cet art qu’on qualifie de neuvième – en professionnels (journalistes au Courrier picard), mais surtout en amateurs (fans du genre). Il est fait de chroniques très ouvertes. Tous les genres y sont critiqués. Avec une tendance à privilégier les albums qu’on aime, puisque la critique, quelle qu’elle soit, est forcément une mise en valeur publique. Notre principe de chronique est simple : un résumé de l’histoire pour la situer ; un regard sur l’ouvrage en général, le style, le scénario, le dessin… Cet espace est ouvert à tous, soyez-y les bienvenus ! /// Deux précisions : 1> Tous les dessins des images d’en-tête (ci-dessus) sont des extraits d’affiches (signés Jiro Taniguchi, Guarnido ou Druillet) réalisée dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ; extraits reproduits avec l’aimable autorisation de l’association On a marché sur la bulle. 2> La plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

Good bye Vietnam

Napalm fever, Allan Barte. Editions Bayou/Gallimard, 96 pages, 16 euros. C’est d’une époque pas ...

Un space opera au pied de la lettre

Letter 44, tome 1: vitesse de libération, Charles Soule (scénario), Alberto Jiménez Alburquerque (dessin). ...

Un avenir en eaux troubles

Mermaid project, épisode 2, Leo, Corine Jamar, Fred Simon, éditions Dargaud, 48 pages, 13,99 ...

L’enfer, c’est aussi les autres pour le héros de Brunschwig et Hirn

CAR L’ENFER EST ICI, t.1 : 508 statues souriantes, de Luc Brunschwig, Laurent Hirn ...

Deathtopia, t’as de beaux yeux, tu sais (et pas que)

Deathtopia, tome 1, Yoshinobu Yamada (scénario et dessin). Editions Soleil – Manga, 192 pages, ...

L’envol de catastrophes en série

Seul survivant, tome 1 : Atlanta-Miami, Christophe Martinolli et Thomas Martinetti (scénario), Jorge Miguel ...