Les aventures de Bertin, Tintin en mode local trash

Bertin Timbert, grand reporter. Panique sur la PQR, Derycke (scénario), Devig (dessin). Editions Fluide glacial, 48 pages, 15,50 euros.

On connaissait Tintin reporter. Voici désormais son digne successeur: Bertin Timbert.
Ayant découvert sa vocation à la lecture des aventures du héros de Hergé, ce jeune journaliste à la houpette brune a réussi à se faire embaucher par l’Echo du Mont de Dour-Uduluc, petit quoditien local d’une ville de province.
Dédié à la rubrique nécrologique, apprécié par Jacques Natamin, le rédacteur en chef toujours angoissé à l’dée de ne rien avoir à mettre dans son journal, insensible au charme de Solane, la secrétaire de rédaction, celui qui aimerait tant se faire appeler « Tintin » va multiplier les exploits et les catastrophes. Noces de diamant, départ en classe de neige, marché de Noël, rien ne lui échappe et dans toutes les circonstances, il parvient à soulever le voile sur un scandale : le couple modèle cache un amant dans le placard, la mamie amie des animaux fait des snuff movies dans sa cave, etc.

Le grand reportage au coin de la rue. C’est ce que démontre ici Bertin Timbert, qui est à la presse régionale ce que Tintin est aux grands reporters. Un vrai modèle. Et lui au moins, il écrit des articles ! L’extrait de la « une » de l’Echo du Mont-de-Dour-Uduluc  vient d’ailleurs ponctuer avec humour, dans un style mêlant sensationnalisme et proximité, chacune des dix histoires courtes (toutes en quatre planches) composant cet album.
A chaque fois, le reportage le plus insignifiant prend une dimension délirante, succession de faits loufoques, entraînant chaque récit vers une ambiance totalement absurde, à la Marx Brothers, mêlé de séquences franchement gore. Mais derrière l’humour potache et foldingue, Jean Derycke (longtemps journaliste sportif au quotidien régional belge Vers l’Avenir) manifeste une vraie connaissance de cette « PQR » à qui il fait, à sa manière, un clin d’oeil subtil. Aussi subtil que les sous-textes ironiques qui truffent les dialogues.
Quant au dessinateur Derig, avec son dessin très ligne claire, il accentue l’hommage « tintinesque », tout en donnant une vraie personnalité à ses personnages.
Bref, une parodie plus fine qu’elle ne le paraît au prime abord et un Tintin local qu’on espère retrouver dans d’autres aventures.

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
Ce site utilise des cookies. Les cookies nous permettent de vous apporter des contenus et services adaptés à votre navigation et d'optimiser votre expérience du site grâce aux statistiques d'audience.
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
Super !Super !
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci !

Tags:

  • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

Deuxième jeunesse à l’ACBD

Le comité de sélection a rendu sa copie. Et le nom des cinq titres ...

Myrmidon se recase chez le dragon

Myrmidon dans l’antre du dragon, Loïc Dauvillier (scénario), Thierry Martin (dessin). Editions la Gouttière, ...

Captain’ Swing, étude sur un combattant de la liberté

La saga du Capt’ain Swing, Jean-Luc Biville. Editions de Varly, 288 pages, 35 euros. ...

Blutch revisite ses classiques

Variations, Blutch. Editions Dargaud, 64 pages, 29,99 euros. Se plaçant sous l’égide conjointe d’Alain ...

« Prométhée » : un sommet de SF treize treize étrange…

PROMETHEE, t.4: Mantique, de Christophe Bec, Alessandro Bocci, Stefano Raffaele, ed.Soleil,  48 p., 13,50 ...

L’humour imagé d’Olivier Tallec

Bonne journée, Olivier Tallec. Editions Rue de Sèvres, 56 pages, 14 euros. Graphiste, illustrateur ...