Winter (Station) is coming

Winter Station, Christophe Bec (scénario), Christi Pacurariu (dessin). Editions Glénat. 128 pages, 9,99 euros.

Quand on vous dit que la montagne peut être dangereuse ! Il est vrai qu’elle n’est déjà pas très glamour dans ce coin perdu du comté d’Alpine, au nord de la Californie. C’est dans une station fantôme, désertée depuis une vingtaine d’années et après un accident tragique, que débarque Lisa Langlois, jeune agent immobilier envoyée là pour vendre le projet de rénovation du lieu et sa renaissance sous forme de « Winter Station » de luxe. En attendant, elle se retrouve au milieu d’ouvriers pas franchement sympathiques, au milieu de chalets délabrés et de remontées mécaniques rouillées.
Bientôt, elle découvre qu’on s’introduit chez elle pour lui voler… ses petites culottes. La tension monte d’un cran lorsque, lors d’une journée de détente en ski de randonnée, elle croit apercevoir un homme dans un hôtel abandonné, en haut de la montagne. La situation va même tourner vite au tragique lorsque un ouvrier est découvert égorgé. Puis ce sera le tour d’un moniteur de ski.
Manifestement, un psychopathe rôde. Peut-être bien le tueur cinglé de femmes enceintes, qui vient de s’évader après s’être coupé le bras afin d’être emmené à l’hôpital. Et, pire encore, c’est peut-être bien Lisa qui semble être au coeur du drame. Et plus encore même qu’elle aurait pu le penser.
Heureusement, formée par sa mère, la jeune femme a cependant de la ressource.

Nouveau titre de la collection Flesh & bones (petit format, couverture souple et style « pulp »), Winter Station ne déparera pas dans cette série de thriller horrifiques. Après un prologue – et même un double prologue – choc, le récit se fait vite prenant, voire oppressant. Un rien bavard, mais astucieusement construit, jusque dans ses retournements successifs et spectaculaires.

En ces temps de réveil de la conscience féminine, Christophe Bec donne aussi naissance à une héroïne de caractère, à qui le dessinateur roumain Christi Pacurariu apporte une touche de délicatesse et de fragilité. D’un style réaliste très classique – et très pulp – il soigne en tout cas ses personnages, particulièrement son psychopathe. Et l’atmosphère montagnarde apporte une touche singulière réussie.
On est clairement dans la série B et le récit de genre. Mais celui-ci répond pleinement aux attentes. Et quelques cases risquent peut-être même de hanter longtemps le lecteur.

 

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci d'avoir voté !

Tags:

  • Au-delà des betteraves et des patates, la Picardie produit aussi des bandes dessinées. Rien d’étonnant, puisque résident ou sont nés ici un nombre grandissant d’auteurs. C’est l’objet de ce blog d’en parler. Tout comme des autres albums intéressants du moment, d’où qu’ils viennent. Et aussi de l’actualité qui nous touche et se rattache au 9e art. Bref, un blog qui ne se veut absolument pas officiel, ni exhaustif… mais éclectique et aussi varié que les goûts de chacun des contributeurs. // Cet espace est animé par des amoureux de cet art qu’on qualifie de neuvième – en professionnels (journalistes au Courrier picard), mais surtout en amateurs (fans du genre). Il est fait de chroniques très ouvertes. Tous les genres y sont critiqués. Avec une tendance à privilégier les albums qu’on aime, puisque la critique, quelle qu’elle soit, est forcément une mise en valeur publique. Notre principe de chronique est simple : un résumé de l’histoire pour la situer ; un regard sur l’ouvrage en général, le style, le scénario, le dessin… Cet espace est ouvert à tous, soyez-y les bienvenus ! /// Deux précisions : 1> Tous les dessins des images d’en-tête (ci-dessus) sont des extraits d’affiches (signés Jiro Taniguchi, Guarnido ou Druillet) réalisée dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ; extraits reproduits avec l’aimable autorisation de l’association On a marché sur la bulle. 2> La plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

En quête d’identité numérique

MediaEntity, tome 1, Emilie (dessin), Simon (scénario), éditions Delcourt, 64 pages, 13,95 euros. Le ...

Ticket gagnant à la loterie napoléonienne

POUR TOUT L’OR DU MONDE, t.1: Impostures, Hautière et Grand, ed. Quadrants/Soleil, 48 pages, ...

Réseaux sociaux et ultra-moderne solitude

Afterz Après tout, la vie est plus belle avec toi, Charles Berberian. Editions Fluide ...

Retour bienvenu au Village et aux thèmes connus pour « Prométhée »

Prométhée, tome 15, Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin). Editions Soleil, 48 pages, 14,50 ...

Le destin contrasté d’Emil Zátopek

Zátopek, Jan Nowàk (scénariste), Jaromir 99 (dessin). Editions Des Ronds dans l’O, 204 pages, ...

Valérian et Laureline ressurgissent de l’espace-temps pour accompagner Luc Besson

Valérian, l’intégrale volume 1, Pierre Christin (scénario), Jean-Claude Mezières (dessin). Editions Dargaud, 160 pages, ...