Irena toujours très vivante

 Irena, tome 3: Varso-vie, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), David Evrard (dessin). Editions Glénat, 72 pages, 14,95 euros.

C’est du mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem, plus ou moins de nos jours, que la suite du destin d’Irena Sendlerowa se dévoile. D’abord à travers le périple d’une petite fille, Oliwka. En Pologne, en 1947, elle apprend qu’elle se nomme en fait Astar Berkenbaum. Elle qui se croyait catholique est en fait juive. Et elle doit fuir les persécutions de nouveau, du fait des communistes cette fois. Orpheline, elle se lie d’amitié avec un petit garçon, s’embarquera sur le Président Warfield, un vieux paquebot qui deviendra mondialement célèbre sous le nom d’Exodus. Finalement, elle parviendra en Palestine, se mariera, aura une petite fille. Et lui racontera, à Yad Vashem qu’elle doit sa vie à Irena.
A la fin du précédent tome, celle-ci était en très mauvaise posture, au mains des SS. Torturée, promise à la mort, elle parviendra à s’échapper, grâce à l’aide de ses amis et de la vénalité d’un gardien. C’est désormais entourée de fantômes, mais en ayant sauvé 2 500 autres enfants, qu’elle finira la guerre. Et avec toujours l’impression de n’avoir eu qu’une attitude normale. Ou tout simplement humaine.

En racontant le destin hors-norme d’Irena, en faisant revivre cette « Juste », Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël et David Evrard font oeuvre d’utilité publique. Surtout au moment où le gouvernement polonais légifère sur l’interdiction du rappel de la collaboration de certains Polonais avec les nazis. Plus éclaté et distendu, ce troisième tome parvient néanmoins à conserver sa cohérence et présente cette tranche d’histoire de manière pédagogique (même si l’allusion au conflit israélo-palestinien se retrouve réduit à un seul bout de case… mais ce n’est, il est vrai pas le propos du livre).
Comme dans les deux précédents tomes, le style rond et enfantin du dessin de David Evrard (proche de celui du Petit Nicolas par certains aspects) permet de faire passer les pires horreurs – et il y en a encore son lot cette fois – de façon pas trop traumatisante. Et, surtout, il distille une empathie indéniable avec son personnage.

Ce troisième tome devait être le dernier, mais il faut croire que la générosité d’Irena dépassait le cadre. Un quatrième tome est ainsi annoncé pour le mois de septembre prochain.

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous)
0
J'aimeJ'aime
0
J'adoreJ'adore
0
HahaHaha
0
WouahWouah
0
TristeTriste
0
GrrrGrrr
Merci d'avoir voté !
  • Au-delà des betteraves et des patates, la Picardie produit aussi des bandes dessinées. Rien d’étonnant, puisque résident ou sont nés ici un nombre grandissant d’auteurs. C’est l’objet de ce blog d’en parler. Tout comme des autres albums intéressants du moment, d’où qu’ils viennent. Et aussi de l’actualité qui nous touche et se rattache au 9e art. Bref, un blog qui ne se veut absolument pas officiel, ni exhaustif… mais éclectique et aussi varié que les goûts de chacun des contributeurs. // Cet espace est animé par des amoureux de cet art qu’on qualifie de neuvième – en professionnels (journalistes au Courrier picard), mais surtout en amateurs (fans du genre). Il est fait de chroniques très ouvertes. Tous les genres y sont critiqués. Avec une tendance à privilégier les albums qu’on aime, puisque la critique, quelle qu’elle soit, est forcément une mise en valeur publique. Notre principe de chronique est simple : un résumé de l’histoire pour la situer ; un regard sur l’ouvrage en général, le style, le scénario, le dessin… Cet espace est ouvert à tous, soyez-y les bienvenus ! /// Deux précisions : 1> Tous les dessins des images d’en-tête (ci-dessus) sont des extraits d’affiches (signés Jiro Taniguchi, Guarnido ou Druillet) réalisée dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens ; extraits reproduits avec l’aimable autorisation de l’association On a marché sur la bulle. 2> La plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande, elles seront retirées.

  • Voir les commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Vous aimerez également peut-être

Au boulot, la BD !

Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji (ci-dessous) 0J'aime0J'adore0Haha0Wouah0Triste0GrrrMerci d'avoir voté ...

Un vert, ça va… un tigre vert, bonjour les gags !

Grreeny, vert un jour, vert toujours, Midam, Araceli, éditions Mad Fabrik, 10,95 euros. Grrreeny ...

toujours sexy, Gung Ho

Gung Ho, tome 3: Sexy Beast, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). ...

Marc-Antoine Mathieu, virtuose à la vitesse de la lumière

3 secondes, de Marc-Antoine Mathieu, éditions Delcourt, 72 pages, 14,95 euros. Prenons, enfin, le ...

En ces temps-là

[media id=21 width=320 height=240] Réagissez avec Facebook comments ou en cliquant sur un emoji ...

Quand Napoléon perçait sous Bonaparte

Napoléon, tome 1, Noël Simsolo (scénario), Fabrizio Fiorentino (dessin), Jean Tulard (conseiller historique). Editions ...