Le jour des morts-vivants à Rome

    12 heures plus tard, le matin des morts-vivants, Zerocalcare. Editions Cambourakis, 112 pages, 18 euros. Sortie le 7 février 2018.

    Déjà vraie vedette en Italie, Zerocalcare commence à être bien connu en France aussi, avec un style vif et humoristique né du blog, ses récits mêlant introspection personnelle, culture geek et géopolitique. Des qualités et une singularité qui avaient éclaté à travers son gonzo-reportage sur les résistants Kurdes du Rojava, Kobané Calling mais aussi avec son plus personnel et intime Oublie mon nom. Cette fois, avec plus de légéreté, il plonge directement dans le genre (fantastique), avec un trépidante et drôlatique récit de zombies, vaguement inspiré de 28 heures plus tard, le film de Danny Boyle – même si les zombies de Zerocalcare sont d’une lenteur et d’une orthodoxie toute romerienne !

    Une invasion de morts vivants s’est donc abattu sur Rebibbia, le quartier de Rome où l’auteur a grandi. Zerocalcare est parmi les “36 survivants”, avec ses amis Secco, Sanglier, et la nouvelle venue Katja. Avec des préoccupations diverses. “Calcare” et Secco jouent à “Streetfighter 2″ – ultime reste de la civilisation à leurs yeux”, Sanglier compte ses possibilités décroissantes de forniquer et seule Katja se préoccupe d’aller récupérer des vivres. Mais voici qu’une possibilité de survie apparaît: aller au rendez-vous avec le boss du quartier, Er Paturnia, qui organise le sauvetage du quartier dans un bus !

    On a évoqué récemment l’intéressant petit livre de la Bédéthèque des savoirs creusant l’origine des zombies. C’est une version nettement plus foutraque qu’offre ici Zerocalcare. Ses références pop habituelles (au premier rang desquelles manga Ken le survivant… ou Peppa Pig !) sont bien toujours là, tout comme les références à son quartier fétiche, remixés avec les clichés classiques du film de zombies à la mode hollywoodienne. Le résultat est donc tout aussi sanglant mais avec un humour décalé.
    Le style graphique se montre toujours aussi vif, dans un style caricatural à souhait. Et la construction du récit s’enrichit d’un montage parallèle entre la situation présente (traitée en noir et blanc) et des flash-back (en couleurs) sur les heures précédentes. Dommage que la fin se montre un peu faiblarde, tout comme la présence de l’alter ego de l’auteur, plutôt réduit au second rôle. Deux aspects qui réduisent ainsi la portée de l’album, sans diminuer cependant le plaisir pris à lire cette amusante parodie du genre.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un nouvel enchantement au Louvre

    UN ENCHANTEMENT, de Christian Durieux, editions Futuropolis/Le Louvre, 72 pages, 17 euros. Les éditions ...

    Les musées isérois mettent la bande dessinée à l’honneur cet été

    Si vous passez, en cette fin d’été dans la région grenobloise, c’est l’occasion d’associer ...

    L’uniformité, source de dangers

      Segments -Tome 1: Lexipolis, Richard Malka & Juan Gimenez. Editions Glénat, 48 pages, ...

    Passionnante Niki de Saint-Phale

    Niki de Saint-Phale, Le jardin des secrets, Dominique Osuch et Sandrine Martin. Editions Casterman, ...

    Gung Ho toujours plus haut

    Gung Ho, tome 4: colère, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). Editions Paquet, ...