Un 1er mai à l’heure revendicative

    Petit rappel graphique des enjeux revendicatifs historiques du 1er mai, fête des travailleurs, avec ce dessin d’un artiste activiste américain de Minneapolis, Ricardo Levins Morales.

    Ce triptyque simulant une gravure, reprend et illustre le slogan des syndicats pour la journée de huit heures. Une vieille revendication ouvrière, dans tous les pays, qui se confond avec le 1er mai, initialement un jour annuel de grève pour revendiquer cette journée de huit heures qui, en France, ne sera obtenue qu’en 1919, après la Première Guerre mondiale et suites aux frayeurs liées aux poussées révolutionnaires ayant suivi la Révolution d’Octobre de 1917. Au vu des reculs sociaux actuels, entre remise en cause du Code du travail et évocation récente de la suppression (de facto) d’un second jour férié, cela pourrait même revenir d’actualité…

    Ce dessin avait été fait en 1997, pour le centième anniversaire du St-Paul Union Advocate, journal de la fédération de l’AFL-CIO de St-Paul, dans le Minnesota. Une évocation américaine qui est aussi un retour aux sources du 1er mai,

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Viva Zapatistas !

    Zapatistas, “les aventures sentimentales de Carmen y Jorge” et autres histoires, Pierre Place. Editions ...

    Une belle nuit à Rio

     Lapa la nuit, Nicolaï Pinheiro. Editions Sarbacane, 136 pages, 22,50 euros. Moins connu que ...

    Luz : “Il fallait que je parle de ce qu’était vraiment Charlie”

    Entretien avec Luz, autour de son album « Indélébiles », de ses années Charlie et du ...

    Si je reviens un jour, des lettres contre le néant

     Si je reviens un jour, les lettres retrouvées de Louise Pikovsky, Stéphanie Trouillard (scénario), ...

    Ethel et Ernest, un couple qui résiste au fil des ans

     Ethel & Ernest, Raymond Briggs. Editions Grasset Jeunesse. 104 pages, 19,20 euros. Vingt ans ...