2020, l’Âge d’or des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens

    Depuis deux ans et son installation dans la grande halle Freyssinet, les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens connaissent une nette croissance, marquée par les expos Zep puis celle sur le Dernier Pharaon, de Schuiten and co l’an passé.

    Pour 2020, le pré-programme commence à s’affiner. Pour ce qui devrait être le dernier rendez-vous avec la Halle Freyssinet, promise pour sa part à un avenir commercialo-culturel privé, tandis que le Festival et son association pourraient, eux, émigrer dans l’ancien site désaffecté du tri postal.

    Une grande rétrospective et une parution en avant-première pour Cyril Pedrosa

    Après Titeuf et Blake et Mortimer, c’est Cyril Pedrosa qui sera à l’honneur cette année. Moins “grand public”, mais auréolé d’une belle réputation critique et d’une notoriété indéniable dans le petit monde du 9e art, notamment avec ses gros romans graphiques Portugal (2011), Equinoxes (2015) et le tout récent l’Âge d’or (2018), réalisé avec Roxanne Moreil, considéré comme l’un des albums les plus marquants de l’année – tous trois publiés dans la prestigieuse collection Aire libre aux éditions Dupuis.

    A noter que, comme l’an passé avec Le Dernier pharaon, le festival amiénois devrait bénéficier en avant-première du très attendu tome 2 de l’Âge d’or !

    Mais l’auteur sait aussi pratiquer l’autodérision, comme il le montre avec bonheur avec la bande de l’Atelier Mastodonte (toujours chez Dupuis). Et il fait aussi partie des artistes impliqués dans les problématiques de leur époque, comme l’environnement – comme il nous l’expliquait en 2014, alors que le Courrier picard s’apprêtait à pré-publier son album satirique Autobio.

    Ces trois dimensions, et le reste de son oeuvre, forte d’une vingtaine d’albums déjà, seront présentes à Amiens, début juin. Avec une rétrospective dans la Halle Freyssinet et deux expos plus spécifiques, sur son engagement citoyen d’une part, sur l’Âge d’or d’autre part. Une triple exposition accentuée par l’impossibilité de monter une expo Calvin & Hobbes comme envisagé au départ (les Américains étant apparemment frileux au vu de l’état de guerre civile permanente qu’ils semblent voir en France…).

    Ishizuka, Clérisse – Smolderen ou Charles Burns à l’honneur

    Autres auteurs à l’honneur, le Japonais Shinichi Ishizuka et son manga Blue Giant, le duo Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen et leurs jubilatoires L’été Diabolik et Une année sans Cthulu ou encore l’Américain Charles Burns avec une expo auteur de son album Black Hole.

    A cela s’ajouteront des expositions collectives, sur la condition féminine (“Libres”) et sur “Archéologie et bande dessinée”. Cette dernière installation, en lien avec le musée du Louvre, le musée de Picardie et le service archéologie d’Amiens présentera des originaux de Joann Sfar, de Manara ou de Richard Corben, le tout en lien (et avec la présence) de quelques unes des “vénus”, ces statuettes préhistoriques découvertes dans l’agglomération amiénoises.

    De nouvelles oeuvres sur et pour la cathédrale

    Enfin, dans le cadre de l’années des “800 ans de la cathédrale d’Amiens”, le festival réédite l’opération initiée entre 2000 et 2004 ou plusieurs grands auteurs (de Boucq à Manara) avaient produit des dessins originaux en lien avec l’édifice. Une douzaine de nouvelles commandes ont été passées, notamment à Ishizuka, mais aussi à Zeina Abirached (auteur de l’expo Beyrouth en 2019), Virginie Augustin, Chloé Cruchaudet ou Catel. Toutes ces oeuvres, plus les anciennes et sans doute des affiches du festival en rapport avec la cathédrale (comme l’affiche “séquentielle” de Marc-Antoine Mathieu) seront exposées, in situ, au coeur du chef d’oeuvre de l’art gothique picard.

    Et, bien entendu, la dimension jeune public sera toujours bien présente, avec un pôle jeunesse qui s’étoffera même, avec plusieurs expos souvent très ludiques, autour des oeuvres de Dorothée de Monfreid, Jérôme Hamon et Lena Sayaphoum, Oriane Lassus ou consacré au nouvel album du duo Dawid – Delphine Cuveele A l’unisson (dans la lignée des géniaux Passe-Passe ou Dessus-Dessous).

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tristesse pour Giroud

    Le scénariste Frank Giroud est décédé ce vendredi 13 juillet. Il avait 62 ans. ...

    Siné enterré en demi-teinte par “Charlie hebdo”

    Avouons-le, on attendait avec une certaine curiosité le numéro de Charlie hebdo de ce ...

    La Poste en BD pour le festival d’Amiens

    Les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens et La Poste renouvellent leur petit concours ...

    Macadam Byzance, chroniques de la beauté au ras du bitume

     Macadam Byzance, Pierrick Starsky (scénario), Pierre Place (dessin). Editions Fluide glacial, 64 pages, 12,90 ...

    Joyeux Noël pour tous et pour les Monstres d’Emill Ferris

    Une info et un joli cadeau, signé Emil Ferris et son éditeur. L’album Moi ...

    La stabilisation du marché de la bande dessinée se confirme

    Le 17e « rapport Ratier », sur l’état de la bande dessinée en 2016, est paru ...