Ile était une fois une chasse fantastique à la baleine

    Aquarica, tome 1: Roodhaven, François Schuiten (scénario), Benoît Sokal (scénario et dessin). Editions Rue de Sèvres, 72 pages, 18 euros.

    Pour une surprise, c’est une surprise: François Schuiten et Benoît Sokal s’associent sur une même série, forcément… surprenante.
    Une surprise aussi grande que celle qui surprend les habitants de Roodhaven, port baleinier de la côte Est des Etats-Unis, lorsqu’après une soirée arrosée au pub du coin, on leur annonce l’échouage d’un énorme crabe-méduse. A l’étonnement va vite s’ajouter l’animosité lorsqu’on remarque, incrusté dans la coque de l’étrange animal un bout de la Golden Licorn, la baleinière qui faisait la fierté de Roodhaven, tragiquement disparue en mer voilà vingt ans et dont certains marins portent encore les stigmates. John Greyford, biologiste de l’institut des sciences de la mer est envoyé étudier le monstre marin. Cela va être pour lui le début d’une fantastique aventure. D’autant que, bientôt, du crabe va surgir une jeune fille qui va finir par lui raconter une histoire stupéfiante. Un récit qui va mettre en branle tout Roodhaven pour une nouvelle chasse, inédite, à la recherche d’une mythique “île-baleine”.

    Quand le dessinateur des Cités Obscures et l’auteur de Canardo collaborent, cela donne donc une histoire dans le sillage de Moby Dick et de l’univers de Jules Verne, avec des créatures marines fantastiques, des pêcheurs vindicatifs, mais aussi une histoire d’amour et une aventure maritime dont une bonne partie de l’intrigue est dévoilée à l’issue de ce tome 1. A mi-parcours donc de ce diptyque. Il faut certes y croire, mais l’intrigue est fort bien amenée et le lecteur rapidement embarqué dans cette quête ou vengeance et sauvetage vont s’entremêler.
    Benoît Sokal, en charge du dessin (alors que le scénario est le fruit des deux auteurs) restitue cet ambiance portuaire poisseuse avec un dessin semi-réaliste et une ambiance froide qui collent bien à l’univers fantastique de cette aventure au récit linéaire et classique, mais fort bien tenu.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Après l’enfer, l’envers de Verdun

    Verdun, tome 3: les fusillés de Fleury, Jean-Yves Le Naour (scénario), Holgado et Marko ...

    Live and let Di(e) dans le “Courrier picard”

    Vingt et un an plus tard, la mort de Lady Di demeure manifestement un ...

    Un nouvel album collectif régional sur la Gouttière

    Après le succès éditorial et public de Cicatrices de guerre(s),  évoquant la guerre de ...

    Difficile à suivre ce Larry !

    IR$ all watcher, tome 7 : Le trou noir financier. Scénario : Desberg. Dessin ...

    Un bel hommage chanté à Charlie Hebdo

    Si les dessinateurs et illustrateurs du monde entier se moblisent pour Charlie Hebdo, ce ...

    Zep réussit son retour à la Terre

    The End, Zep. Editions Rue de Sèvres, 88 pages, 19 euros. Après un dernier ...