Le Tueur reprend du service… d’Etat

     Le Tueur – affaires d’Etat, tome 1: traitement négatif, Matz (scénario), Luc Jacamon (dessin). Editions Casterman, 56 pages, 18 euros.

    Le Tueur reprend son travail. Et cette fois, c’est au service de l’Etat français. Sous couvert d’une fausse identité d’employé dans ce qui semble être une entreprise d’import-export portuaire, Denis fait désormais équipe avec Barbara, en charge de la logistique et des liens avec le commanditaire, et avec Nicolas, ancien des forces spéciales. Leur mission, très secrète, est de “nettoyer” la ville de la gangrène qui la dégrade: corruption, rackets et des formes de compromissions qui touchent jusqu’aux élus les plus hauts placés.

    Après treize albums racontant ses multiples missions implacables, le Tueur de Matz et Jacamon semblait pouvoir bénéficier d’une retraite bien (ou mal) méritée. Cinq ans plus tard, il fait aujourd’hui un retour surprenant… en serviteur de l’Etat, laissant entendre que le pouvoir, en démocratie, pouvait aussi avoir besoin de gens n’ayant pas peur de se salir les mains pour accomplir de basses besognes.

    Affichant une volonté de s’inspirer “d’événement dangeureusement proches de la réalité“, l’intrigue progresse, comme dans la série initiale, avec de longs récitatifs révélant les pensées intimes, souvent cyniques et teintées de mélancolie, du héros.

    Autre confrontation avec l’actualité, sans bien entendu faire de lien entre le lieu et les faits évoqués, le choix d’installer cette histoire au Havre – jamais nommément cité, mais très reconnaissable, avec le “Volcan” de Niemeyer, les immeubles caractéristiques de Perret ou les falaises de craies – coïncide avec la déclaration de candidature aux municipales d’Edouard Philippe, le Premier ministre, dans la cité portuaire.

    Graphiquement, Jacamon à lâché sa palette graphique pour revenir au dessin traditionnel et à la couleur directe, donnant un côté plus satiné aux planches et un côté plus réaliste encore à ce début “d’affaire d’Etat”.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’Europe en forme de conte pour enfants

     L’Europe en BD, Nathalie Loiseau (scénario), Nathalie Desforges (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 12,95 ...

    Les trois finalistes du prix ACBD Québec 2017

    Le prix de la critique ACBD Québec de la bande dessinée québécoise a déterminé ...

    Land and Fridman : la guerre d’Espagne de Giardino en intégrale

    No Pasarán – La Guerre d’Espagne (l’intégrale), de Vittorio Giardino, éditions Glénat, 168 pages, 30 ...

    Un vrai lieu de Perdition

    BACK TO PERDITION, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 p., 13,50 euros. ...

    Ainsi Catel…

    Ainsi soit Benoîte Groult, Catel, éditions Grasset, 336 pages, 22 euros. Tout est parti ...

    Le jeu du trône avec un poussin bleu

    Poussin-Bleu, tome 2: chacun pour son dieu !, Monsieur le Chien (dessin et scénario), ...