Le perroquet, Espé. Editions Glénat, 154 pages, 19,50 euros.

    10% de la population française souffrirait de schizophrénie ou de troubles bipolaires. C’est le cas de la maman de Bastien, 8 ans, au centre du Perroquet d’Espé (dessinateur par ailleurs de la série Château-Bordeaux, qui livre là un ouvrage nettement plus personnel).

    L’obtention lors du récent festival BD Boum à Blois du Prix région Centre Val de Loire permet de remettre en lumière ce Perroquet d’autant plus bouleversant qu’il est largement basé sur des anecdotes autobiographiques. Ou plutot, auto-fictionnelles, s’inspirant de souvenirs familiaux, notamment la maladie dont souffre sa propre mère.

    Transposés, ces épisodes vécus dans sa jeunesse par Bastien, reviennent comme autant de flashs, en courts chapitres. Maman perd ses dents, suite à une chute dans une des nombreuses cliniques où elle est périodiquement emmenée, Maman hurle dans le jardin jusqu’à ce qu’elle soit emmenée par des ambulanciers, Maman et toute sa série de médicaments, Maman en rémission qui reçoit ses amies pour le thé durant lequel une anecdote superficielle va déclencher une angoisse et une nouvelle crise…

    Les anecdotes se suivent, sans paraître – au départ – suivre un réel ordre chronologique ou une progression dramaturgique évidente. Il n’en est rien, en fait. Le dernier épisode avant l’épilogue viendra justifier et expliquer toute la démarche de l’album. Très émouvant, il décrit à la fois pourquoi ce perroquet (qui ressemble à un poulet) donne le titre à l’album et comment un enchaînement de faits anodins lors d’une journée d’apparence si banale a pu déclencher le drame final.

    Avant cela des épisodes violents ou très durs alternent avec d’autres plus enfantins. La confrontation est directe avec ce mal, pris en pleine figure par l’auteur. Et si l’ensemble reflète une grande sincérité, Espé ne sombre jamais dans le pathos.
    Des aplats de couleurs, en monochromes verts, gris ou rouges apportent la tonalité émotionnelle du chapitre. Avec un vrai talent derrière la simplicité d’un dessin léger, aux personnages esquissés dans un style plutôt caricatural, il restitue avec énormément d’empathie et de véracité cette enfance particulière. Ou plutôt la malléabilité de l’enfance qui permet de tout intégrer pour parvenir à vivre et grandir et d’observer, avec recul, la dégringolade maternelle.

    Comme il le dit à sa femme et à sa petite fille qui vient de naître, Bastien expliquera un jour l’histoire du Perroquet et tout le reste. Espé a mis trente ans pour y parvenir. Et on peut le comprendre. Mais il y est arrivé d’une belle manière.
    Il en reste une oeuvre forte, qui parlera à tous les lecteurs afin de permettre d’appréhender un peu mieux ce que sont ces maladies mentales et ce qu’elles font subir aux malades qui en sont touchées mais aussi à leur entourage.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les vikings prennent l’Eire

    Walhalla, tome 3: un appel d’Eire, Nicolas Pothier (scénario), Marc Lechuga (dessin). Editions Glénat, ...

    Une oeuvre magistrale en piste !

    L’écureuil du Vel’d’hiv, Christian Lax, éditions Futuropolis, 80 pages, 16,25 euros. Après L’aigle sans ...

    Ile était une foi, contre le tourisme à la masse

    Le retour, Bruno Duhamel. Editions Grand Angle / Bamboo, 96 pages. Pour son premier ...

    UW2 – 2: Les bosses de Canaan

    Universal War Two, tome 2: La terre promise, Denis Bajram. Editions Casterman, 48 pages, ...

    Ferrandez – Camus : même Combat !

    Le Premier homme, d‘après l’œuvre d’Albert Camus, Jacques Ferrandez. Edition Gallimard Jeunesse, 184 pages, ...

    Le der des ders de Charlie

    La Grande Guerre de Charlie, tome 10 : la der des ders, Pat Mills ...