Disparition d’Annie Goetzinger

    Les éditions Dargaud viennent d’annoncer le décès d’Annie Goetzinger, survenu ce mercredi 20 décembre 2017, à l’âge de 66 ans.

    Annie Goetzinger, à Blois en novembre 2015, alors que le festival BD Boum venait de lui consacrer une grande expo.

    Triste nouvelle: Annie Goetzinger est partie en cette fin d’année 2017.
    Grande dame de la bande dessinée, elle avait commencé à publier, après des études aux beaux-arts dans Circus, L’Écho des savanes, Fluide glacial, Métal hurlant et surtout Pilote. Présence féminine atypique alors pas si répandue dans la presse magazine.

    Son premier album, Casque d’or (Glénat), paraît en 1976 et remporte deux prix au festival d’Angoulême. Elle enchaîne ensuite avec Aurore, une vie de George Sand (Éditions des femmes, 1978), d’après un scénario d’Adela Turin, et Félina (Glénat, 1979), pour Victor Mora.
    C’est avec Pierre Christin qu’elle réalise peut-être ses albums les plus marquants:  La Demoiselle de la Légion d’honneur (Dargaud, 1980), La Diva et le Kriegsspiel (Dargaud, 1981), La Voyageuse de la petite ceinture (Dargaud, 1985), Charlotte et Nancy (Dargaud, 1987), Le Tango du disparu (Métaillé, 2008), Le Message du simple (Le Seuil, 1994), La Sultane blanche (Dargaud, 1996) et Paquebot (Dargaud, 1999). Et les deux auteurs se retrouveront sur la série polar rétro L’agence Hardy (Dargaud).

    Après avoir signé le dernier album de la collection Portraits souvenirs (Les Humanoïdes associés, L’Avenir perdu, 1992), avec Jon S. Jonsson et Andreas Knigge, Annie Goetzinger publie Marie-Antoinette, la reine fantôme, avec Rodolphe au scénario (Dargaud, 2011). En 2013, Annie se lance dans une nouvelle belle histoire : Jeune fille en Dior (Dargaud), roman graphique retraçant la carrière fulgurante du grand couturier Christian Dior. En 2017, elle publie un nouveau roman graphique Les apprentissages de Colette (Dargaud), qui narre la vie mouvementée et libre de la célèbre écrivaine.

    En 2014, elle avait été élue « Grand Boum » du 31e festival BD Boum de Blois, qui avait ensuite rendu hommage à l’ensemble de son œuvre en lui consacrant une très belle exposition en 2015. L’un des intérêts de ce travail, coordonné par Patrick Gaumer, était aussi de présenter le travail d’illustratrice de presse et d’affichiste d’Annie Goetzinger. Notamment dans l’édition du week-end de La Croix, où elle illustra longtemps avec un grand talent et beaucoup de subtilité les chroniques de Bruno Frappat.

    De son oeuvre en bande dessinée, on retiendra son style élégant, distingué et très caractéristique, mais qui pouvait aussi apparaître d’une beauté un peu glacée et intimidante. Elle était, pour sa part, nettement plus chaleureuse et simple. Et elle restera comme une figure marquante et importante de la bande dessinée franco-belge.

    Toujours dans l’expo de Blois, devant une maquette de “l’Agence Hardy”, avec le commissaire de l’expo, Patrick Gaumer
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Petit Nicolas de Goscinny et Sempé en version originale

    Le Petit Nicolas, la bande dessinée originale, Goscinny (scénario), Sempé (dessin). Editions IMAV, 48 ...

    Le Prix RTL pour “Blast”

    Avec décembre, arrive le traditionnel moment des “palmarès de l’année”. RTL vient de décerner ...

    Un Epatant exemple du patrimoine de la BD

    L’Epatant, n°1 (réédition). Editions de Varly, 16 pages, 17 euros L’un des buts des ...

    R.I.P. 2016

    Avant de tourner définitivement la page de 2016, une dernière pensée pour la vingtaine ...

    Silence, ça pousse avec Lapinot

    Les herbes folles, Les nouvelles aventures de Lapinot, tome 2. Editions L’Association, 366 pages, ...

    Après l’enfer, l’envers de Verdun

    Verdun, tome 3: les fusillés de Fleury, Jean-Yves Le Naour (scénario), Holgado et Marko ...