Astérix nouvelle génération et petite poussée d’Adrénaline

     La fille de Vercingétorix, Jean-Yves Ferri (scénario), Didier Conrad (dessin), Thierry Mébarki (couleur). Editions Albert-René, 50 pages, 9,99 euros. Edition luxe, 39 euros. La fille de Vercingétorix-Artbook, 112 pages, 199,95 euros.

    En 50 avant J.C. – César, c’est bien connu – n’était pas parvenu à contrôler toute la gaule (car “un village d’irréductibles gaulois résiste encore et toujours”…). En 2019 après J.C., Astérix lui a réussi, lui, à envahir toutes les librairies et supermarchés de France et même au-delà avec son nouvel album.
    Si la performance éditoriale est incontestable – donnant à l’opération des airs de Débarquement de Normandie – en matière de logistique ou de préservation du secret – quant est-il de la qualité de ce quatrième album signé Ferri-Conrad ? Un album qui marque, selon le balancement traditionnel de la série, un retour au village d’Armorique, après une virée italienne convenue mais au rythme enlevé.

    Dernière poche de résistance face à l’impérialisme romain, le village d’Abraracourcix est l’ultime refuge pour la fille de Vercingétorix, que César souhaite capturer afin de l’adopter et d’en faire une vraie jeune fille romaine. Dans l’attente du navire qui devrait les emmener en Angleterre où ils entendent poursuivre le combat, les deux chefs arvernes, Ipocalorix et Monolitix et (un petit gros et un grand mec au grand nez) qui ont recueilli Adrénaline la confient au villageois.

    Boudeuse, un peu dépressive (on le serait à moins). La jeune fille est aussi fugueuse, a-t-on prévenu Abraracourcix. Astérix et Obelix vont donc être chargés de la surveiller discrètement. Tandis qu’Adrénaline sympathise avec des jeunes du village – Blinix et son petit frère Surimix, fils du poissonnier et Selfix, fils du forgeron, étudiants en Condate mais en stage chez leurs parents. Et alors que dans le campement romain voisin, on s’efforce de ne surtout pas relancer une nouvelle guerre des gaules, que les pirates accostent pour refaire leurs réserves d’eau douce, les jeunes vont fomenter un plan pour permettre à Adrénaline de réaliser son rêve d’évasion, loin du pesant destin qu’on lui assigne.

    Pour les grands fans (dotés quand même d’un grand pouvoir d’achat), la version « Artbook » propose l’intégralité des planches crayonnées et encrées, cinq ex-libris et un cahier graphique dans un coffret.

    On est bien ici dans l’univers d’Astérix, avec son village de “Gaulois réfractaires” (néologisme époque Macron Ier, rappelé au détour d’un dialogue), ses personnages emblématiques, ses figures incontournables (les romains et les pirates, mis en avant dans cette aventure). L’ajout des nouveaux jeunes personnages s’intègre bien dans l’ensemble, toujours soutenu par son lot de gags et de jeux de mots. Côte dessin, l’immersion est encore plus totale. Didier Conrad restitue avec une incroyable similitude le dessin d’Uderzo.

    Mais on aurait pu escompter que l’émergence de cette nouvelle génération d’ados rebelles marque aussi une émancipation du duo d’auteurs et l’affirmation d’une nouvelle audace. Or, à l’inverse, cet album apparaît bien aseptisé et timoré.

    Au-delà de la fausse piste d’une Adrénaline en Greta Thunberg (confusion née de sa posture en couverture, attitude nettement moins probante à l’intérieur dans son dessin et le comportement du personnage, qui n’a rien d’une pasionaria de l’environnement), cet Astérix manque même d’ancrage consistant dans son époque – ce qui faisait le charme et la raison d’être des meilleurs opus de l’époque Goscinny-Uderzo.

    On peut certes voire à travers les deux chefs arvernes, les « deux papas adoptifs » de la jeune fille, un petit clin d’oeil au débat sur le mariage pour tous la GPA, mais cet aspect n’est nullement utilisé (même si la tristesse finale des deux guerriers dépasse la loyauté militaire attendue). Il en est de même du conflit de générations, censé être au coeur de l’album, exprimé dans une case à travers le rejet du système “Menhir – potion – sangliers”, mais atténué par des adolescents finalement très sages – et nettement moins horripilant ou émouvant finalement que pouvait être Goudurix, le jeune venu de Lutèce d’Astérix et les Normands. Finalement, c’est encore le personnage secondaire du jeune marin hippie Letitbix qui s’avère le plus original, dans le genre, en s’exprimant en chansons des Beatle, vieilles de cinquante ans.

    Et cette sagesse, cette prudence, cette volonté peut être de ne vouloir choquer personne se retrouve dans la narration, elle aussi d’une certaine mollesse.

    Car, tout bien pesé, au final il ne se passe pas grand chose dans cette histoire, qui fait du cabotage autour du village. L’album fait quelque fois sourire (le gag le plus drôle, le seul à inciter à l’éclat de rire, est encore la manière bien à lui d’Obélix de faire appliquer la non-violence à coups de menhir…). Il s’achève sur une note sympathique et une morale très consensuelle, qui ne bouscule en rien la face du monde. Celui des Gaulois comme le nôtre.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Trois drôles de dames… de haut vol

    La grande odalisque, Bastien Vivès, Jérôme Mulot, Florent Ruppert, éditions Dupuis / Aire libre, ...

    Anuki, de retour au grand galop

    Anuki, tome 4: duel dans la plaine, Stéphane Sénégas (dessin), Frédéric Maupomé (scénario). Editions ...

    Un thriller venu du froid

    Millenium, Les Hommes qui n’aimaient pas les femmes, tome 2, Homs et Runberg d’après ...

    Un album au stylo gothique

    La mort de la bête, Virgile. Editions YIL, 56 pages, 17 euros. Londres 1880. ...

    Une belle fleur faite à Mondrian

    Expo-hommage au travail de Peyraud et Lapone auteurs de l’album « La fleur dans ...

    La Résistance par la Racine

    Femmes en résistance, tome 4: Mila Racine, Régis Hautière et Francis Laboutique (scénario), Olivier ...