Aux origines de la franc-maçonnerie, d’Hiram aux compagnons bâtisseurs de cathédrales

    L’épopée de la Franc-maçonnerie, Dider Convard (directeur éditorial de la collection). Editions Glénat, 56 pages, 14,50 euros.
    Tome 1: l’Ombre d’Hiram, Didier Convard (scénario), Denis Falque (dessin)
    Tome 2: Les Bâtisseurs, Jean-Christophe Camus (scénario), Olivier Pâques (dessin).

    Au printemps, Jérôme Denis et Alexandre Franc racontaient, avec drôlerie et manifestement une bonne connaissance, certaines pratiques contemporaines de la franc-maçonnerie au Grand Orient. Cette fois, c’est en douze volumes que Didier Convard entend évoquer l’histoire, et même l’épopée de la franc-maçonnerie.

    Initié à la Grande Loge de France (qui parraine d’ailleurs cette collection), comme il le précise lui-même, Convard est un précurseur des thématiques ésotériques en bande dessinée, avec son fameux Triangle secret et ses déclinaisons futures. Mais ici, paradoxalement, il est surtout question d’histoire. Une histoire certes légendaire dans le tome 1, qu’il a lui-même scénarisé (avant de passer la main à d’autres scénaristes pour les albums suivants) qui revient sur l’assassinat d’Hiram, cet architecte du premier temple de Salomon, élément fondateur et très symbolique de toutes les obédiences franc-maçonnes.

    On croisera ici, au début de la Jérusalem juive le vieux roi David, le jeune Roi Salomon, la Reine de Saba et donc ces trois “mauvais compagnons”, qui par jalousie tueront Hiram.

    Le deuxième tome, qui paraît simultanément en ce début septembre fait un grand pas jusqu’au XIIe siècle, chez les bâtisseurs de la cathédrales, vrais “maçons”, dont les rites et grades inspireront ensuite les franc-maçons “spéculatifs”. Le récit se centre sur une dynastie de tailleurs de pierre, les Bernadone qui, sur trois générations oeuvreront sur les cathédrales de Cologne, Londres et Amiens. C’est d’ailleurs dans la capitale de la Picardie que se nouera le drame central à cette tragédie familiale. Là encore, des crimes viendront ensanglanter le passage du temps, mais les maillons de la chaîne perdureront, jusqu’à l’étape suivante…

    Entre l’histoire et le récit symbolique, ces deux albums livreront sans doute un sous-texte plus riche pour les “initiés”, mais tous les lecteurs “profanes” pourront y trouver un intérêt, afin de saisir, loin des fantasmes, les fondements de la franc-maçonnerie moderne et ses racines. Cela d’autant plus qu’un intéressant dossier réalisé par Jean-Laurent Turbet (spécialiste de la question et lui-même membre de la Grande Loge de France) vient enrichir chaque album.

    Pas de révélations fracassantes donc et une approche qui tient forcément du plaidoyer pro domo. Mais ces deux premiers albums s’avèrent, narrativement, aussi de bonnes histoires, porteuses d’un certain humanisme. Des récits que l’on prend d’autant plus plaisir à lire que les graphismes, très classiques, dans un registre réaliste, sont néanmoins soignés et détaillés. Et, conservent, avec les variations de trait de chaque dessinateur, une vraie cohérence. Assurant un vrai suivi, d’une époque à l’autre. Ce qui est d’ailleurs l’un des buts de cette épopée.

    Les deux prochains tomes, annoncés pour novembre et mars prochains, poursuivront la saga, cette fois au XVIe et XVIIe siècles.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La petite fille pirate des Caraïbes

    Lili Crochette et Monsieur Mouche, tome 1: le fléau du bord de l’eau, Joris ...

    La recherche de l’Orphelin de Perdide s’accélère

    L’Orphelin de Perdide, tome 2: Silbad, Régis Hautière (scénario), Adrian (dessin). Editions Comix Buro ...

    Encore de l’heroïc-fantaisie avec Poussin-Bleu

    Poussin-Bleu, tome 1: l’armure d’or, Monsieur le Chien. Editions Fluide glacial, 56 pages, 14,90 ...

    Catherine Meurisse, dans le Courrier picard, ce dimanche

    A lire, ce dimanche dans le Courrier picard, un entretien avec Catherine Meurisse, réalisé ...

    Pour dire non aux diktats de la mode

    La Dictature des Petites Couettes, Ilya Green. Editions Didier jeunesse. Dès 3 ans, 11,10 ...

    D’une folie, l’autre par Gipi

    Vois comme ton ombre s’allonge, Gipi. Éditions Futuropolis, 128 pages, 19 euros. Silvano Landi, ...