Azimut, vraiment du bon temps pour une saga qui n’a jamais perdu le nord

     Azimut, tome 5: derniers frimas de l’hiver, Wilfrid Lupano (scénario), Andreae (dessin). Editions Vents d’Ouest, 56 pages, 14,50 euros.

    A la fin du tome précédent, l’an dernier, la plupart des personnages fuyaient la cité de Baba Musir. Mais un nouveau retentissant chagrin d’amour de Polo a provoqué une immense vague glaciaire qui frappe l’ensemble du territoire… sauf le Petitghistan qui se voit épargné. Paradoxalement, cela oblige le pays à revoir ses plans de conquête du monde, puisqu’il devient à l’inverse le lieu de toutes les migrations ! Manie Ganza, pendant ce temps, doit rendre des comptes à la Banque du Temps. Et le baron chagrin n’a pour sa part pas survécu au froid, mais la mort de celui qui devait vivre jusqu’à la fin des temps signifie-t-elle donc que celle-ci est arrivée ?

    C’est en tout cas la fin de l’aventure (ou du moins de ce “premier cycle”) pour Manie Ganza, la voleuse de chrones cherchant à arrêter le temps pour conserver sa beauté intacte ainsi que pour tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre se sont lancés à sa poursuite : le peintre Eugène, son soupirant éternel, l’explorateur Eugène de La Pérue, le major Oreste Picote, le professeur Aristide Breloquinte, la méchante reine d’Ether (mère jalouse de Manie) et même Polo (le lapin qui marquait le pôle nord et dont les déplacements sont à la source de tous les bouleversements d’Azimut).

    Ce dernier épisode est à l’image de la série développée par Wilfrid Lupano et Andreae depuis sept ans (et cinq albums) : poétique, inventif, graphiquement dynamique et superbe. Et la fin, ouverte ou tout du moins susceptible de plusieurs interprétations, est au niveau d’exigence et de subtilité exprimée par cette saga depuis son premier épisode.

    Complexe et exigeante derrière sa fantaisie, Azimut a multiplié les personnages et les intrigues parallèles sans jamais se perdre. Cette série a développé un univers loufoque – mais profondément cohérent – où des oiseaux mécaniques détiennent le secret du temps et pondent des créatures improbables, où des nobles se repaissent des massacres, ou des dieux en forme de colonne de sable humanoïde peuvent s’émouvoir du destin des humains, ou le Pôle nord est incarné par un lapin !

    Et cet univers a été retranscrit superbement par le dessin magnifique d’Andreae. Wilfrid Lupano, de son côté, soigne particulièrement bien les dialogues, tout en abordant comme dans Les Vieux Fourneaux – plus ouvertement dans ce cinquième tome – quelques réflexions bien senties sur l’actualité, comme ici sur la question des migrants ou des guerres de conquête.

    Bref, vraie réussite narrative et graphique dans ce registre rare de l’univers fantaisiste, Azimut se confirme comme le digne successeur d’Horologiom, la magnifique saga de Fabrice Lebeault qui avait marqué les années 1990.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Chevalier errant et le Trône en fer rouillé

    Le chevalier errant, Ben Avery (scénario), d’après une nouvelle de George R.R. Martin, Mike ...

    Gantz, retour “parfait”

    Gantz “perfect edition”, volume 1, Hiroya Oku (scénario et dessin). Editions Delcourt/Tonkam, 440 pages, ...

    Le “Psikopat” finit en beauté

    Comme pour la santé, c’est lorsqu’on ne l’aura plus que l’on prendra conscience de ...

    Route end, nettoyage mortel

    Route end, tome 1, Kaiji Nakagawa (scénario et dessin). Editions Ki-oon, 192 pages, 7,90 ...

    Siné mensuel et Madame ne lâchent rien cet été

    Quadruple ration de la bande de Siné pour cet été, avec un numéro double ...