Batman, une créature de la nuit plus vraie que nature

     Batman, créature de la nuit, Kurt Busiek (scénario), John Paul Leon (dessin). Editions Urban Comics, 222 pages, 18,01 euros.

    Batman, créature de la nuit, mais surtout créature de la rage impuissante d’un petit garçon de 9 ans, qui a vu ses parents assassinés. Cela pourrait être l’histoire de Bruce Wayne, le richissime héritier devenu Batman, à la suite d’un long entraînement et d’appuis technologiques.

    Ici, c’est l’histoire de Bruce Wainwright, un jeune garçon de Boston, fan des comics de Batman qui, un jour de 1968, manque aussi d’être tué avec ses parents par des cambrioleurs. Ayant survécu miraculeusement, n’ayant plus que son “oncle Alfred” comme famille, le jeune Bruce Wainwright, obsédé par son désir de vengeance, mais aussi de justice, va alors faire naître véritablement son Batman, “jumeau psychique” qui va lui servir à poursuivre – dans la réalité – les assassins de ses parents. Une créature imaginaire, ou plutôt venu de son imaginaire et faisant irruption de façon violente dans le réel, dont Bruce apprendra bien plus tard l’origine secrète et intimement familiale.

    Entre temps, devenu un riche financier grâce à la gestion de ses fonds par Alfred et à ses bonnes intuitions (mais Batman y est peut aussi pour quelque chose), Bruce Wainwright se confrontera durement à son obsession de justice, au point de manquer d’y perdre la raison.

    Déjà auteur de Superman – identité secrète (dans lequel un homonyme de Clark Kent se découvrait des pouvoirs surnaturels dans un monde ou Superman  n’était qu’un personnage de bande dessinée), Kurt Busiek évoque ici encore des liens entre réalité et fiction, entre l’univers iconique d’un autre héros de DC Comics et un récit noir – une “histoire d’horreur”, comme il le dit dans l’intéressante postface de l’album – fait de violence et d’une paranoïa grandissante, jusqu’à l’explosion finale.

    L’histoire est très intelligemment menée, dans la manière dont le fantastique vient s’insérer dans la réalité mais aussi dans la réflexion sur la violence, la capacité – ou la vanité – à exercer la justice, l’approche psychologique du personnage central et de déchirements intérieurs. Jouant avec l’univers classique de Batman, la narration est également enrichie par une alternance entre la vision d’Alfred et celle de Bruce. Et le récit est illustré de belle manière par John Paul Leon, avec un trait épais et sombre et des chapitres s’ouvrant sur des extraits redessinés d’épisodes des comics.

    Si les deux premiers chapitres, consacrée à la vengeance du jeune Bruce sont très denses et intenses, les suivants sont un peu plus erratiques, tombant dans les rebondissements successifs d’une intrigue qui paraît se chercher un peu. Malgré tout, l’ensemble demeure très prenant et la série se termine de manière tout à fait honorable, et convaincante. Et cet album complet présente l’avantage de pouvoir intéresser bien au delà des seuls fans de comics de super-héros, par sa distanciation habile et sa réflexion ludique sur le concept et la fonctionnalité même de ce super-héros.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Histoire et fantasy

    [media id=25 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    La nuit fièvreuse de Mayuko

    Les monstres de Mayuko, de Marie Caillou, éditions Dargaud, 64 pages, 19,95 euros. Parution ...

    CAKTUS T1, une nouveauté Glénat et Nicolas Pothier

    A voir en vidéo : [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xj1eo7_caktus-t1-bande-annonce_creation[/dailymotion] et l’interview de l’auteur : [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xj1ews_caktus-t1-interview_creation[/dailymotion] Commentez ou ...

    A la découverte du Nouveau monde au grand galop

    Le nouveau monde, François Armanet et Jean Helpert (scénario), Xavier Coyère (dessin). Editions Dargaud, ...

    Un très séduisant sombre chevalier

    Batman, The Dark Prince Charming, tome 1, Enrico Marini. Editions Dargaud – DC Comics, ...