Bob Morane, l’indomptable

    Bob Morane renaissance, tome 2: le village qui n’existait pas, Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray (scénario), Dimitri Armand (dessin). Editions Le Lombard, 56 pages, 13,99 euros.

    Suite et fin de ce premier diptyque du « nouveau » Bob Morane (… un peu oublié au fond d’une pile, faut-il l’avouer, pour un album sorti fin 2016). Ambassadeur au Nigéria pour le programme humanitaire « minerai contre éducation », il se retrouve prisonnier de Ming, chef tout-puissant de plusieurs cités hostiles à l’occident, dont la ville modèle de Zamosho que Bob Morane a découverte dans le nord du pays. Toujours accompagnée de la jolie nièce de Ming, il va se retrouver, une fois de plus manipulé et dupé par ceux qu’il pensait être guidés par de nobles intentions.
    Dans le chaos qu’il va involontairement provoquer, Bob Morane va tenter de préserver son honnêteté aux yeux du monde. Pendant ce temps, son ami Bill Ballatine, embauché comme « soldat privé » par la société Wu va se trouver en mauvaise posture à la frontière russo-ukrainienne.

    Les tendances, originales et un peu troublantes du premier tome se confirment et s’amplifient, avec un récit qui oscille toujours entre thriller politico-futuriste anticolonialiste et série d’action manichéenne premier degré.
    Ainsi, Ming, a priori adversaire principal de Bob Morane apparait surtout comme un leader anti-colonialiste (qui cite Patrice Lumumba dans le texte), sorte de Che Guevara qui aurait réussi (la pilosité en moins). Et ses méthodes, parfois limite, apparaissent d’autant plus acceptables que les intentions de la diplomatie française et de la multinationale belge Belfon sont également détestables.
    Autre enjeu très contemporain, les « armées privées » qui apparaissent ici dans toute leur dimension dangereuse. Face à tout cela, les deux héros apparaissent pour le moins dépassés et d’un idéalisme qui confine à la naïveté (pour ne pas dire plus).
    Seul changement, par rapport au début de l’aventure, Bob Morane s’implique plus dans l’action, sans que cela permette de réellement fusionner tous les niveaux de l’aventure. Et malgré le trait réaliste et enlevé de Dimitri Armand, cette série navigue toujours entre deux eaux, sans paraître véritablement choisir son réel but.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Nightly News ou la critique très radicale des médias

    Nightly News, Jonathan Hickman. Editions Urban Comics, 272 pages, 22,50 euros. La critique des ...

    De Byrne à Mondrian (et retour): l’art et la matière

    Le courant d’art: de Byrne à Mondrian / de Mondrian à Byrne, Frédéric Bézian. ...

    Une très bonne histoire belge

    Histoire de la Belgique pour tous, racontée par Cow Boy Henk, Herr Seele, Kamagurka. ...

    Un vrai lieu de Perdition

    BACK TO PERDITION, de Damien Marie et Vanders, ed.Vents d’Ouest, 56 p., 13,50 euros. ...

    Mythe errant aux portes de la mort

    Mitterrand requiem, Joël Callède. Editions Le Lombard, 144 pages, 17,95 euros. En fin d’année, ...

    Château fort

    Des dieux et des hommes, tome 4 : un château en Bavière, Jean-Pierre Dionnet, ...