Bon anniversaire Glénat !

     50 ans l’album, collectif. Editions Glénat, 80 pages, 20 euros.

    Cinquante ans, ça vaut bien un album. Où un album de plus, s’agissant d’une maison d’édition comme Glénat, fondé voilà tout juste un demi-siècle. Et quoi de plus logique alors d’imaginer un jeune auteur venant frapper à la porte des éditions Glénat, son projet sous le bras. Sur ce postulat de départ (qui rappelle celui de l’album anniversaire des 80 ans de Mickey), chaque auteur maison y va de sa variation. Du western chez Boucq, à la SF pour Convard et Falque, de l’humour au glamour, du fantastique à

    Au printemps, Glénat avait déjà publié une belle plaquette historique, hors commerce. Cette fois, l’album est destiné au grand public, même s’il parlera forcément plus aux connaisseurs de la maison et qu’il n’évite nullement la connivence. Laquelle est même pleinement assumée au cours des diverses histoires courtes, dont bon nombre fait un clin d’oeil au Couvent Sainte-Cécile, qui héberge aujourd’hui les locaux de Glénat dans son fief grenoblois. Autre évocation en forme de running gag (que, personnellement, on ne saurait valider ou infirmer) la passion de Jacques Glénat pour le vin de Bordeaux et sa capacité à bien tenir le choc ou son talent de skieur (remarqué et dessiné notamment par Espé et Ptiluc) !

    Comme dans tout album collectif, chaque lecteur trouvera plus ou moins de bonheur au fil des pages. Pour notre part, on aura apprécié particulièrement la “bande dessinée rupestre” et l’ambiance western de François Boucq, l’humour absurde génial de Fabcaro, le détournement plein d’autodérision du “déclic” par Manara, le décalage ironique de Régis Loisel sur le processus d’accueil des auteurs, les deux dessins à la Sempé de François Ravard, l’évocation des grands personnages des éditions Glénat par Chabouté, la mise en abîme de Timothé le Boucher ou encore le retour aux sources d’Olivier Balez évoquant le fanzine Schtroumpf où Jacques Glénat fit son apprentissage et ses débuts dans le monde de la BD.

    Et, puis, le sommaire en reste assez éblouissant, de Katsuhiro Otomo (avec qui, à travers Akira, Glénat a ouvert véritablement la voie du manga en France) qui ouvre le livre jusqu’à Nicolas Pétrimaux (dont le récent et réjouissant Il faut flinguer Ramirez, souligne la capacité de Glénat à valoriser de nouveaux talents). Ou, par ordre alphabétique d’Agi (Les Gouttes de Dieu) à Zep en passant par Quino, Tébo, Dorison, Giardino, Ralph König, Peter de Poortere ou Lisa Mandel (pour ne pas re-citer ceux évoqués plus haut). Du bon monde et un bel album anniversaire.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Charlie hebdo rêvé de Luz

    Indélébiles, Luz. Editions Futuropolis, 320 pages, 20 euros. Il y a trois ans, Luz ...

    L’ultime traversée arrive à bon port

    Chroniques outremers, tome 3 : métisse, Bruno Le Floc’h. Editions Dargaud, 56 pages, 13,99 ...

    Sex & violence et pulsions très humaines

    Sex & violence, Jimmy Palmiotti, Justin Gray (scénario), Jimmy Broxton, Juan Santacruz, Romina Moranelli, ...

    Pirate d’eau douce

    L’homme aux bras de mer, Simon Rochepeau (scénario), Thomas Azuélos (dessin). Editions Futuropolis, 176 ...

    Ça glisse toujours bien avec Anuki

    Anuki, tome 8 : Petit frère, Frédéric Maupomé (scénario), Stéphane Sénégas (dessin). Editions de la ...