Budapest 1956 pour mémoire

    L’ange de Budapest, Gabor Tallai (scénario), Attila Futaki (dessin). Editions Glénat, 56 pages, 14,50 euros.

    Si aujourd’hui Budapest et la Hongrie ne s’invitent, ponctuellement, dans l’actualité  qu’à travers la figure de son président autoritaire Viktor Orban, l’ex “caserne la plus joyeuse du monde socialiste“, du temps du bloc de l’Est fut aussi le pays où commença véritablement le délitement du monde soviétique, en 1988, lorsque le gouvernement de l’époque accepta la première ouverture vers l’occident, prélude, l’année suivante à l’écroulement du mur de Berlin (et, à l’époque Viktor Orban était un des jeunes étudiants activistes idéalistes du Fidesz qui rêvaient d’une “troisième voie” entre stalinisme et capitalisme, avant de glisser vers le libéralisme et le conservatisme).
    Mais si l’histoire de cet Ange de Budapest débute en 1988, elle n’évoque pas cet aspect, mais un autre moment fort de l’histoire où la Hongrie fut là encore, dramatiquement, à l’avant-garde des bouleversements de l’après-guerre: en 1956, avec l’insurrection de Budapest.

    L’ange du titre, c’est John Angel, exemple du self-made man à l’Américaine, profitant de sa réussite en Californie. Mais l’annonce, lue dans un journal, de la nomination d’un nouvel ambassadeur russe à Budapest va le ramener à son passé, lorsqu’il se nommait Jancsi Angyal et qu’il combattait les Russes en 1956. Sa volonté de vengeance va se doubler d’une plongée nostalgique, entre passé et présent, engagement politique et passion amoureuse, dans les rues de sa ville natale.

    Nourri pour une bonne partie du récit de flash-back, cet album a le grand mérite de rappeler et de replonger, avec force et intensité, dans cette révolte populaire oubliée de 1956, qui fut pourtant le premier vrai déchirement marquant du stalinisme en Europe de l’Est. Le trait réaliste et léger d’Attila Futaki est bien renforcé par la mise en couleurs du coloriste Greg Guilhaumond, entre vivacité colorée des séquences du “présent” de l’histoire et les tonalités grises, oppressantes du passé insurrectionnel.
    Le scénario, en revanche, pêche un peu dans son rythme et dans sa maîtrise narrative de sa double intrigue. Une tentative un peu avortée. Comme le fut la révolte de 1956.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pierre Christin ne perd pas le nord

    Est-Ouest, Pierre Christin (scénario), Philippe Aymond (dessin). Editions Dupuis, coll. Aire libre, 136 pages, ...

    Qu’ils y restent, conte magistral

    Qu’ils y restent, Régis Lejonc et Pascal Mériaux (scénario), Riff Reb’s (dessin). Editions de ...

    Un grand classique

    Prince Valiant, l’intégrale, 1937/1938, Harold Foster. Editions Soleil, 110 pages, 24,95 euros Dépossédé de ...

    Tel Aviv sur le vif

    K.O. à Tel Aviv 2, Asaf Hanuka. Editions Steinkis, 96 pages, 16,95 euros. Alors ...

    Mattéo, Ermo, la Guerre et la révolution espagnole : Terre et liberté… d’inspiration

        Mattéo, quatrième époque: août-septembre 1936, Jean-Pierre Gibrat. Editions Futuropolis, 64 pages, 17 ...