Canardages à tout va avec Canardo

    Canardo, tome 25: Un con en hiver, Benoît et Hugo Sokal (scénario), Pascal Regnauld (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 11,50 euros.

    Même pour ceux qui ne l’ont pas lu, Canardo est une figue familière du 9e art. Mine de rien, cela fait bientôt quarante ans qu’il traîne sa dégaine familière de détective privé fatigué, allant d’enquêtes en enquêtes et d’embrouilles en embrouilles. La dernière en date – relatée dans les deux albums précédents ce tome 25 – l’a conduit dans les geôles du Belgambourg, bouc émissaire de la grande duchesse après le carnage ayant eu lieu dans la petite principauté aux airs de paradis fiscal coincée entre France et Belgique.
    Cette même grande duchesse (masquées sous une burka) vient pourtant faire libérer le détective, car elle a besoin de lui pour une nouvelle mission périlleuse et discrète: le père de la duchesse, le vieux duc Léon, un brin sénile, fait l’objet d’une demande de rançon de la part d’un commando de jihadistes islamistes, comme le révèle une vidéo transmise à sa fille. Flairant une embrouille, voire une arnaque, la Grande duchesse et Canardo se rendent incognito dans les Ardennes françaises, dans un des châteaux propriété de la famille où le vieux duc avait ses habitudes jadis. Il s’y trouve bien, entouré de “scouts” belliqueux et antipathiques, la “patrouille des dromadaires” qui semble bien avoir des buts plus sulfureux que de camper dans le jardin de la propriété. Notamment faire des vidéos mettant en scène le vieil aristocrate sénile. Les services secrets wallons entrant dans le jeu, l’issue va être particulièrement sanglante et explosive.

    Dans le registre du polar animalier en bande dessinée, il y a maintenant Blacksad, bien sûr. Mais impossible d’oublier que Canardo avait ouvert la voie. Et que, bon gré mal gré, il tient toujours son rang. Dans un registre cynique, misanthrope et gouailleur, rehaussé joliment de dialogues et de bons mots à la Audiard (à l’image du clin d’oeil du titre de ce 25e album, paru en début d’année et lu avec un peu de retard…). Ce n’est pas toujours de très bon goût et parfois ambigu (comme la burqa sous laquelle se cache la duchesse, sans grande justification). Mais avant d’exploser et de défourailler au sens littéral par l’entremise de son héros, Benoît et Hugo dézinguent joyeusement aussi bien ici les paradis fiscaux que les aristos fin de race, les opportunistes naviguant dans les eaux du pouvoir ou les apprentis jihadistes. Un raccrochage à l’actualité traité de façon assez grinçante. Et même un brin effrayante. Tout cela donne un jeu de massacre pas franchement politiquement correct mais qui se lit avec plaisir, même sans trop saisir quel est l’objectif derrière tout cela. Ou, justement, parce qu’il n’y en a pas sans doute pas vraiment.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Un nouvel album collectif régional sur la Gouttière

    Après le succès éditorial et public de Cicatrices de guerre(s),  évoquant la guerre de ...

    La BD écrit des pages d’histoire

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Valérian et Laureline,la nostalgie du futur

    Valérian et Laureline, tome 22 : Souvenirs de futurs, Pierre Christin, Jean-Claude Mezières, éditions ...

    Pierre Papier Chicon, paquet cadeau de Noël

    Le quatrième tome de Pierre Papier Chicon arrive en rayons d’ici quelques jours. Et, ...

    Mortelle humanité

    La Belle mort, Mathieu Bablet. Editions Ankama, 144 pages, 17,90 €. Dans ce monde ...

    Centenaire 14-18 : une page noire sur le Chemin des Dames

    CENTENAIRE 14-18 / Avec cette année de début de commémoration du centenaire de la ...