Casse d’école, le réquisitoire accablant de Remedium

     Cas d’école, Remedium. Editions des Equateurs, 100 pages, 15 euros. Parution ce 2 septembre.

    C’est la rentrée, ce 1er septembre. Mais Christine Renon ne la fera pas. Le 21 septembre dernier, cette directrice d’école maternelle à Pantin, passionnée par son métier, s’est suicidée en se jetant du haut de son établissement, après avoir expliqué son geste par sa sensation d’abandon des profs des écoles, du déclassement de la profession, de la déshumanisation et d’un système kafkaïen et de l’absence de soutien de sa hiérarchie.

    C’est l’un des quatorze portraits d’institutrices et d’instituteurs de ces Cas d’école, recueillis et dessinés par Remedium, qui a voulu par ce livre qu’elle ne soit pas oubliée et que ces drames fassent réagir.

    Autant “d’histoires” parfois aussi tragiques, comme celle de “Jean”, enseignant chevronné à Eaubonne, qui met fin à ses jours après une accusation injustifiée de violences contre mineur ou celle de Jean-Pascal, enseignant dans un petit village des Alpes de Haute-Provence, qui va également se pendre après des accusations de pédophilie. Autre décès traumatisant, celui d’une élève de Christophe, enseignant en école primaire en Seine-Saint-Denis, qui va se retrouver bien seul, sans aucun suivi ou soutien de l’Education nationale.

    D’autres relèvent plus de mesquineries épuisantes ou de lassitudes bureaucratiques, comme l’histoire de Laurent, victime d’une collègue aigrie qui va le plonger dans la dépression ou celle de Manal, jeune enseignante-stagiaire investie dans son poste qui se voit basculée dans un autre établissement malgré les promesses reçues.

    Remedium aborde aussi des “cas de société”, comme on dit, et notamment la question du voile islamique, à travers le cas très médiatisée de, mère de famille stigmatisée par les élus RN alors qu’elle accompagnait une classe à une séance du conseil régional de Bourgogne. Il le fait aussi à travers l’histoire de Sabrena, enseignante en maternelle, musulmane de religion mais respectant parfaitement la loi et qui va démissionner à la suite de rumeurs infondées de certains collègues parce qu’elle avait porté un turban coloré le jour du spectacle de fin d’année.

    Il conclue, bien sûr, avec l’enseignement pendant le confinement, incarnée à travers l’histoire de Cécile, directrice d’école dans le Loir-et-Cher, dont il décrit l’engagement et la débrouillardise, face à des discours déconnectés de son ministre.

    C’est un livre militant et qui ne s’en cache pas. Militant pour une reconnaissance du travail et de la souffrance des enseignants. Une détresse qui se révèle ici surtout à travers le sentiment de solitude et de manque de soutien de l’institution elle-même. Significativement, tous ses représentants apparaissent ici sans visage, reflet d’un monstre froid, plus moloch que mammouth.

    Lui-même professeur des écoles à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), Remedium, alias Christophe Tardieux, connaît donc bien son sujet. On pourrait certes lui reprocher une vision subjective, tranchée et des histoires sans nuances. Mais en tout cas pas, on ne peut nier son courage d’affronter frontalement la question. A cet égard, “l’histoire de Jean-Michel”… la seule ne concernant pas un enseignant de base mais le ministre Jean-Michel Blanquer est un vrai réquisitoire cinglant.

    Le style est toujours sobre, dans un gauffrier très strict, voire minimal dans les décors. Mais, en quelques traits, il parvient à donner une vraie personnalité émouvante à tous ces personnages.

    Une approche sociale et politique – au grand sens du terme – que l’auteur des Contes noirs du chien de la casse, qui racontait le quotidien d’habitants du 9-3, avait aussi développé à travers son blog “Titi Gnangnan”, égratignant le maire du Blanc-Mesnil où il résidait alors et qui lui avait valu une petite notoriété et beaucoup de désagréments.

    Aujourd’hui, avec ce nouvel album, relais et prolongement éditorial des strips qu’il publie sur son blog de Médiapart – où il développe des mini-récits sur des violences policières, Remedium s’inscrit pleinement dans l’actualité de cette rentrée. A l’heure du traditionnel discours auto-satisfait du ministre de l’Education nationale, il faudra avoir lu ces Cas d’école.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Blue thermal, quand l’amour est bleu ciel

     Blue thermal (série en cours), Kana Ozawa (scénario et dessin). Editions Komikku, 194 pages, ...

    Billes en tête

    UN SAC DE BILLES, tome 1/2, de Kris et Vincent Bailly, ed.Futuropolis, 64 pages, ...

    Les passions s’exacerbent dans les deux mondes

    Le Grand Mort, tome 4 : Sombre, Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, éditions ...

    Bienvenue en Enfers, dans le Reste du monde

     Le reste du monde, tome 4: les enfers, Jean-Christophe Chauzy. Editions Casterman, 128 pages, ...

    Hors des sentiers battus !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Parfum de nostalgie

    Gaston hors-série. Des gaffes et des chats, dessin et scénario : Franquin avec l’aide ...