Chienne de vie pour Sixtine

    Sixtine, tome 2: le chien des ombres, Frédéric Maupomé (scénario), Aude Soleilhac (dessin). Editions de la Gouttière, 80 pages, 13,70 euros.

    La situation financière de Sixtine et de sa mère ne s’arrange pas. Et la perspective de l’expulsion de leur petite maison se précise. Tandis qu’elle fait ses cartons, la jeune ado découvre les films et livres sur les fantômes de son père disparu. De quoi la lancer dans une nouvelle enquête avec son ami Martin. De quoi les mettre aussi sur le chemin d’un vieux bouquiniste qui semble en savoir beaucoup sur la question… et sur Sixtine. Et pendant ce temps, le trésor des Aztèques semble susciter les convoitises d’une très dangereuse et maléfique personne.

    Le suspense et les questions demeurent autour de Sixtine, dans ce deuxième tome de ses aventures. Et après les pirates fantômes (très sympathiques) découverts dans l’épisode précédent – toujours là, quoique moins présents cette fois – ce sont d’autres créatures fantastiques qui s’insinuent dans le quotidien de la jeune fille. Dont, notamment ce “chien des ombres”, à la fois effrayant et pitoyable, envoyé sur les traces de Sixtine, sans que l’on sache encore trop vraiment pourquoi. En parallèle, son passé familial se dévoile un peu. Avant un rebondissement final qui tient en haleine pour la suite. Une série d’autant plus prenante que le dessin d’Aude Soleilhac est toujours aussi dynamique et enjoué.

    A la suite et à l’égal des Supers, voilà en tout cas une nouvelle série des Editions de la Gouttière, à destination des ados et pré-ados, qui démarre très bien. 

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Tels Père et fils, nouvelle génération

    Père et fils / Vater und sohn, les saisons, Ulf K (scénario), Marc Lizano ...

    Le chef-d’oeuvre monstre de l’année

    Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, Emil Ferris. Editions Monsieur Toussaint-Louverture, 416 pages,  ...

    De l’humour avant toute chose

    [media id=36 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Zorkons et gloutons dans la bande dessinée

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    “L’adoption”, deux albums à adopter

    L’adoption, t.1: Qinaya ; t.2: la garúa. Zidrou (scénario), Arno Monin (dessin). Editions Bamboo ...

    Avoir 20 ans et des galères de jeunes filles d’aujourd’hui

    Le bel âge, tome 1: désordre, de Merwan, éditions Dargaud, 72 pages, 14,99 euros. ...