Claire Brétecher, l’auteur des Frustrés et d’Agrippine est décédée

    C’est avec une profonde tristesse que les éditions Dargaud ont annoncé en fin de matinée, le décès de Claire Bretécher, survenu le 11 février 2020. La dessinatrice avait 79 ans.

    Née le 17 avril 1940 à Nantes, s’est vite découvert une passion pour la bande dessinée. Au début des années 1960, elle enseigne le dessin et commencer à faire des illustrations pour différents titres du groupe Bayard.

    En 1963, René Goscinny la sollicite afin qu’elle dessine son “Facteur Rhésus”, épopée d’un héros postal, dans L’Os à moelle, puis il lui commande des illustrations pour Pilote. tandis qu’elle collabore aussi au journal de Tintin, en 1965 et 1966. Passage ensuite chez Spirou, de 1967 à 1971, pour quelques récits courts. Suivront ses “Gnangnan”, les “Naufragés” (scénarisés par Cauvin) ou “Robin des foies” (sur des textes d’Yvan Delporte, le rédac chef historique du titre). C’est aussi avec Delporte qu’elle réapparaîtra en 1977 dans le magazine pour une brève présence dans Le Trombone illustré – l’éphémère et historique supplément “subversif” au coeur du journal.

    Mais c’est en 1969 que Claire Brétecher va commencer à imprimer sa marque dans l’univers de la bande dessinée française avec les aventures de Cellulite, dans Pilote, princesse médiévale mais surtout reflet du féminisme qui commence à s’affirmer alors.
    Dans la foulée, elle participe à la création de L’Écho des savanes, en 1972, avec Gotlib et Mandryka où elle réalisé des récits plus incisifs, préfiguration des Frustrés qu’elle débute l’année suivante pour le Nouvel Observateur. Une série satirique sur les moeurs de la classe moyenne intellectuelle de l’époque, fine observation qui fait souvent mouche. Plus récemment, entre 1988 et 2009, elle poursuivra dans la même veine avec Agrippine, caricature d’ado “ex-enfant roi”, digne progéniture de la génération des Frustrés.

    Cellulite, l’une des premières héroïne marquante (et féministe) de Claire Brétecher

    Engagée en terme de critique sociale et de féminisme, elle sera aussi parmi les premières autrices à se mettre à l’auto-édition (non sans difficultés). Le premier album des Frustrés paraît en 1975. Après La Vie passionnée de Thérèse d’Avila (1980, réédité en 2007 chez Dargaud), elle édite en 1988 le premier album des aventures d’Agrippine (superbe prototype de l’ado); sept autres suivront. Le tout débouchera sur une série de 26 dessins animés. Le huitième album d’Agrippine, intitulé Agrippine déconfite (Dargaud), sort en 2009.

    A noter que la bibliothèque publique du centre Pompidou a mis en ligne un petit dossier sur tous les personnages de Claire Brétecher. Quant aux albums, la plupart sont parus aux éditions Dargaud.

    En dehors de la bande dessinée, Claire Bretécher peignait. En témoignent des portraits de ses proches et des autoportraits tirés de ses carnets intimes et repris dans les albums Portraits (Denöel, 1983), Moments de lassitude (Hyphen, 1999) et Portraits sentimentaux (La Martinière, 2004).

    A noter qu’elle fut aussi, en 1982, la première autrice a devenir “Grand prix d’Angoulême”, élue par ses pairs.

    Personnalité aussi dérangeante qu’attachante, souligne le communiqué des éditions Dargaud, Claire Bretécher a tracé un chemin unique dans la bande dessinée. Son humour et sa liberté d’esprit étaient immenses, ils manqueront à tous ses lecteurs, ils nous manquent déjà.”

    Agrippine, progéniture très années 1980 des “Frustrés”.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    TRISTETRISTE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Quand l’instinct maternel devient mortel

    Les liens du sang, tome 1, Shuzo Oshimi (scénario et dessin). Editions Ki-oon, 216 ...

    Tranche de nuit familiale

    La maison la nuit, Joub et Nicoby (scénario et dessin). Editions de la Gouttière, ...

    La guerre des sexes et celle de Troie

    Le cœur des Amazones Géraldine Bindi (scénario),Christian Rossi (dessin). Editions Casterman, 160 pages, 25 ...

    De nouveaux horizons au-delà du Shrine

    Le Règne, tome 2: le maître du Shrine, Sylvain Runberg (scénariste), Olivier Boiscommun (dessin). ...