Comment conserver les traces de la Première Guerre mondiale par la bande dessinée

    En cette période de fin de centenaire de la Première Guerre mondiale, nous allons entamer une séquence “14-18” jusqu’à dimanche 11 novembre. Et pour commencer, petit retour en arrière sur la manière de se souvenir de cette “Grande Guerre”, avec les échanges sur le sujet lors du dernier salon du livre d’Albert, consacré à l’album Traces de la Grande Guerre.

    Lors d’un débat au salon du livre d’Albert. De gauche à droite: Robbie Morrison, son traducteur, Charlie Adlard, Régis Hautière, Vincent Marie (historien et animateur de la rencontre) et Kris.

    Alors que le centenaire de la Première Guerre mondiale touche à sa fin, la question de la transmission de ces événements redevient un sujet d’actualité, après le coup de projecteur des cinq dernières années. C’est dans cette perspective que s’est inscrite l’anthologie BD Traces de la Grande Guerre, coéditée par l’association amiénoise On a marché sur la bulle et le festival de bande dessinée de Kendal. C’est aussi autour de ces questions qu’ont tournées les différentes table-rondes organisées au Salon du livre d’Albert ces 6 et 7 octobre. Un salon largement associé à l’événement de la sortie de cet ouvrage labélisé Mission du centenaire de la Grande Guerre et qui vu converger près d’une vingtaine d’auteurs venus du monde entier, en dédicaces et en conférences.

    L’empreinte de la guerre chez les auteurs

    Cette question des « traces » laissées par 14-18 se pose déjà pour les auteurs eux-mêmes. Le Havrais Riff Reb’s s’est ainsi inspiré pour la première fois d’éléments autobiographiques dans son récit mettant
    en images les haïkus de Julien Vocance écrits durant la Grande Guerre, faisant le lien entre ses souvenirs familiaux, bercés par le portrait d’un grand-oncle mort en Artois en 1916 et des vacances sur les sites mémoriels de Verdun, au sein d’une famille de militaires. Et l’ex-punk souligne être toujours marqué par cette « énigme que représente encore pour moi cette guerre ».
    Même découverte de jeunesse pour le scénariste rémois Jean-David Morvan, dont l’intérêt pour la
    Grande Guerre s’est révélé au cours de son service militaire. Grandi dans les 70’ marquées par
    les films sur la guerre du Vietnam, il découvre que les traumatismes d’une guerre absurde sont encore
    bien présents tout autour de lui. Et il souligne combien cette guerre-là continue désormais à l’accompagner. L’auteur a succès de la série Sillage n’a pourtant pas trop abordé la thématique de 14-18, sinon dans ses deux albums singuliers Le Cœur des batailles et son « super-soldat » noir. Pour
    Traces, il a choisi d’évoquer un sujet « local » de la Somme : l’explosion de la mine d’Ovillers-la-
    Boisselle.
    Picard d’adoption mais Breton d’origine, Régis Hautière, autre scénariste (notamment de la série
    La Guerre des Lulus) a également été marqué par une anecdote familiale, celle d’un oncle ayant bénéficié d’une permission extraordinaire en raison des problèmes de santé de sa femme et qui rentra dans son village… quelques heures après l’enterrement de son épouse.
    En l’absence de souvenirs familiaux, comme Mary Talbot (dont le grand-père, professeur, ne combat- tit pas), il convient de trouver d’autres mémoires. Par exemple ici, pour le couple d’auteurs qu’elle
    forme avec son mari Brian, ce sera celles des suffragettes britanniques. Avec un travail basé sur des documents et photos d’époque soigneusement et fidèlement resti tuées par le dessin.

    Entrer en empathie avec le sujet

    Au-delà de la reconstitution, l’intérêt de la bande dessinée est aussi d’être un médium « capable de représenter le monde et de tout raconter », comme le note Riff Reb’s, mais aussi de pouvoir, par l’alliance du dessin et du texte, de « communiquer des idées compliquées de manière simple », pour Mary Talbot. Un « excellent médium pour raconter des histoires », selon Charlie Adlard (dessinateur de la série Walking Dead et, sur 14-18, de l’incontournable Mort blanche). Et cet art séquentiel, où une bonne partie du récit se fait entre les cases, peut donc « toucher par la
    tête et par le cœur », comme le souligne Robbie Morrison (scénariste, entre autre, de La Mort
    blanche, car le lecteur « fabrique 90 % de l’histoire, ce qui permet de ressentir intimement, de rentrer en empathie avec ce que l’on lit ». Et c’est bien l’un des enjeux, de la Première Guerre
    mondiale, dont les souvenirs directs ont désormais disparu.

    Un récit complémentaire aux livres d’Histoire

    De cette réflexion, de cette introspection, le scénariste Kris (auteur de la série-phare sur 14-18 Notre-Mère la guerre) a fait naître pour Traces, un récit original et décalé, histoire d’amour à sa compagne au fil des gares TGV édifiées dans les no man’s land des ex-champs de batailles, en Haute-Picardie, dans la Meuse ou en Champagne. Une histoire personnelle mais aussi « à la rencontre des écrivains de la Grande Guerre ». Dans ce récit en noir et blanc, rendant hommage aussi au talent de dessinateur réaliste de Juan Diaz Canales (surtout connu comme scénariste de Blacksad), Kris souligne aussi que, finalement, les traces les plus forts des conflits passés se retrouvent dans la littérature, dans les romans… ou les bandes dessinées. En cela la BD peut venir compléter les livres d’histoire. Avec parfois même plus de puissance parfois. C’est le cas avec ces Traces.
    C’est aussi le cas, sur des registres différents, avec les albums que nous évoquerons les jours prochains : l’ultime album de la saga de l’Ambulance 13, l’adaptation en bande dessinée du récit de Louis Barthas ou la réédition de la Véritable histoire du soldat inconnu de Tardi.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Encore de bonnes histoires venues de Fairyland

    I hate fairyland, tome 3 : la ballade de l’amère sucette, Skottie Young (et ...

    Le grand Soir des Vieux Fourneaux

    Le tome 4 des Vieux Fourneaux paraît ces jours-ci. Le Soir de Bruxelles à ...

    Issak, un rônin dans le tourbillon de la Guerre de Trente ans 

     Issak, tome 1, Shinji Makari (scenario), Double-s (dessin). Editions Ki-oon, 224 pages, 7,90 euros. ...

    De Gaulle avant le Général

    Charles de Gaulle, tome 1 : 1916-1921, le prisonnier, Jean-Yves Le Naour (scénario), Claude ...

    A la folie

    Le perroquet, Espé. Editions Glénat, 154 pages, 19,50 euros. 10% de la population française ...