Tempête sur Cuba, Agustin Ferrer Casas. Editions Paquet, 136 pages, 18 euros.

    Imaginer Errol Flynn s’introduire à Cuba, à la fin de l’année 1958 alors que la guerilla s’intensifie, pour aller interviewer Fidel Castro ne serait pas venu à l’idée d’un scénariste d’Hollywood. Et pourtant, ce fut bien le cas, comme le raconte ici l’auteur espagnol Agustin Ferrer Casas, dans un récit romancé de l’histoire, mais solidement étayé.

    Vieillissant et ruiné, “Capitaine Blood”, comme il est nommé à Cuba entend monnayer son entretien avec le leader révolutionnaire cubain. Et le médiatiser. Il convainc, sous le faux prétexte de faire un reportage de repérage pour un film, son ami photographe Frank Spellman de l’accompagner.

    Dès l’arrivée à La Havane, ce dernier fait la découverte, brutale, de la mafia americano-cubaine. Une première immersion qui va se prolonger avec des rencontres avec l’incontournable Ernest Heminghway au “Floridita”, mai aussi avec les services secrets, les agents de la CIA et les représentants des entreprises américaines sur place… Ces derniers tentant aussi de se servir de l’acteur pour faire passer des messages à Fidel Castro, alors que le régime du dictateur Batista bat de plus en plus de l’aile.

    Un Errol Flynn vieillissant, mais très reconnaissable sous le trait d’Agustin Ferrer Casas.

    Partis finalement pour la Sierra Maestra, Errol Flynn et Frank Spellmann vont bien rencontrer Castro. Et Spellmann va pour sa part également croiser le chemin de Camilo Cienfuegos, autre “commandante” de la révolution, qu’il essaiera de sauver de l’animosité… des “barbubos”, Castro commençant à souffrir de la popularité de son camarade.

    La réalité dépasse la fiction. La phrase relève souvent du cliché. Parfois, ce n’est qu’une stricte évidence, comme ici, tant paraît stupéfiante cette aventure cubaine d’une vedette hollywoodienne et d’un photographe vétéran de la Guerre d’Espagne.
    Agustin Ferrer Casas enjolive certes un peu la situation – le photographe se nommait en fait John Mc Kay et il n’a pas tenté d’exfiltrer Camilo Cienfuegos, mort dans un accident d’avion dix mois plus tard, le 28 octobre 1959. Mais l’essentiel du récit relève bien de l’Histoire vraie. Et, surtout, avec un trait semi-réaliste expressif et détaillé, il fait vibrer le souffle de l’épopée dans son aventure, sans jamais oublier le côté très humain de ses personnages.

    Une très belle découverte qui donne envie d’entonner avec Jean Ferrat: Cuba Si !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    À marée haute

    Vive la marée !, David Prudhomme (scénario), Pascal Rabaté (dessin). Editions Futuropolis, 20 euros. ...

    Pour “Charlie Hebdo”: la belle liberté de dessiner

    Quand je dessine, je peux dépasser…, collectif d’auteurs. Actes sud junior, dès 6 ans, ...

    Jochen Gerner bien repéré dans “Le 1”

    Repères : 2000 dessins pour comprendre le monde, Jochen Gerner. Editions Casterman/Le 1, 200 ...

    Hommage à une grande dame, Miss Davis

     Miss Davis, Sybille Titeux de la Croix (scénario), Améziane Hammouche (dessin). Editions du Rocher, ...

    L’envol final réussi du Temple du passé

    Le temple du passé, tome 2: envol, Hubert (scénario), Etienne Le Roux (scénario). Editions ...