Quinze ans de Benjamin Lacombe dans un beau livre

     Curiosities, monographie de Benjamin Lacombe. Editions Daniel Maghen, 304 pages, 35 euros.

    Si l’éditeur Daniel Maghen publie très régulièrement de belles et grosses monographies (pour ne citer que la dernière, celle sur Will), c’est d’un livre de Curiosités très personnel qu’il s’agit ici, consacré à l’illustrateur Benjamin Lacombe.
    Plus particulièrement, ce livre se veut être “Un regard vers quinze années de carrière. Des souvenirs et des collaborations. Des obsessions et des ritournelles. Des espaces et des blancs“, comme l’écrit lui-même l’auteur en préface.
    L’ouvrage balaie donc la période 2003-2018, mais s’autorise quelques écarts vers des “travaux de jeunesse” encore plus lointains, puisqu’il s’ouvre quasiment avec un dessin de “Mickey Mousse en Martinique”, réalisé par Benjamin Lacombe… à l’âge de 6 ans.
    L’enfance – l’une de ses sources d’inspiration majeure – est aussi l’une des huit parties de cet art-book de plus de 300 pages regroupant une grande variété d’oeuvres: illustrations parues, mais aussi dessins inédits, croquis, recherches, travaux pour l’animation, etc.
    De quoi plonger dans l’univers d’un auteur-phare de la nouvelle illustration française qui, depuis son projet de fin d’étude devenu son premier livre jeunesse, Cerise Griotte, s’est notamment illustré avec son adaptation d’Alice au pays des merveilles ou son roman illustré sur Marie-Antoinette. Une bibliographie recense, en fin d’ouvrage, l’ensemble des albums jeunesse, des bandes dessinés (Léonard & Salaï par exemple) mais aussi des expositions auxquels Benjamin Lacombe a contribué.

    Au fil des chapitres, on passe donc des contes (souvent étranges voire terrifiants) à la nature – et de nombreux animaux à l’air mélancoliques, dont beaucoup de chats (et Frida Kahlo) – mais aussi à l’Asie, autre source d’inspiration pour celui qui a été, comme toute sa génération, biberonné aux dessins animés japonais à la télé. Les “ombres” et “l’étrange” sont plus éclectiques, réunissant des oeuvres d’inspiration gothiques, notamment son joli travail sur Carmen ou Notre-Dame de Paris, mais également des gouaches ou des couvertures “étranges” avec des créatures faisant parfois songer à Tim Burton. Des personnages qui, d’un univers à l’autre, fascinent par leur beauté trouble, notamment ces jeunes filles aux grands yeux et à la peau de porcelaine.

    Côté fabrication, le livre est, comme d’habitude, de très belle facture, avec son dos toilé bleu turquoise et des reproductions, souvent pleine page, d’excellente qualité. Et chaque chapitre s’ouvre par une petite présentation intime rédigée par l’auteur (en version bilingue franco-anglaise, à destination de la clientèle internationale sans doute). De quoi ravir ceux qui apprécient le travail de Benjamin Lacombe et de le faire découvrir aux autres.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La Halle Freyssinet, un lieu très local pour la bande dessinée amiénoise

    La bande dessinée amiénoise s’est appropriée la Halle Freyssinet, derrière la gare SNCF, début ...

    Jaguar, du luxe et du sport

    24 heures du Mans, 1951-1957 : le triomphe de Jaguar, Denis Bernard (scénario), Christian Papazoglakis ...

    Des Belges à l’ouest !

    Gringos Locos, Schwartz et Yann. Editions Dupuis, 52 pages, 15,50 euros Inquiet des progrès ...

    “Florida” entré dans les Cases d’histoire

    Le site de bandes dessinées historiques en ligne Cases d’histoire vient de décerner son ...

    D’une folie, l’autre par Gipi

    Vois comme ton ombre s’allonge, Gipi. Éditions Futuropolis, 128 pages, 19 euros. Silvano Landi, ...

    L’amour explosif de Largo winch

    Largo Winch, tome 19: chassé-croisé, Philippe Francq (dessin), Jean Van Hamme (scénario). Editions Dupuis, ...