Dans le pandémonium de Colt & Pepper

     Colt et Pepper, tome 1: pandémonium à Paragusa, Darko Macan (scénario), Igor Kordey (dessin), Anubis (couleur). Editions Delcourt, 56 pages, 14,95 euros.

    Les “réalités historiques alternatives” sont dans l’air du temps en ce début d’année. Après le Paris Belle Epoque et “merveilleux” des Artilleuses, voici une Amérique du XVIIe siècle où se côtoient des indiens, des conquistadors, mais aussi des orques, des créatures magiques multiformes, des licornes ou un cyclope… L’estimé capitaine de la garde de Paragusa, Salomon Culpepper tente de gérer au mieux ce pandémonium en attendant sa retraite toute proche. Mais une succession d’imprévus vont le contraindre à devenir un fugitif, afin de sauver son rebelle de neveu, Coltrayne, après avoir dû tuer le duc de la cité. Devenus des proscrits, Colt et Pepper vont se retrouver embarqués dans une longue fuite, réfugiés d’abord à Reed Cove auprès du pirate Barth le Rouge, puis dans la ville de Zolin et son bois de bouleaux…

    Cette aventure, ou du moins ce début d’histoire tient du récit picaresque revisité façon fantasy. Et il est un peu tôt, à l’issue de ce premier tome, de pouvoir vraiment émettre un avis sinon définitif, du moins affirmatif. Non pas qu’il s’agisse ici uniquement d’un album d’exposition.

    Au contraire, l’action déboule d’entrée et apporte déjà son lot de créatures bizarroïdes (amalgame magique et multiforme né du pouvoir d’un nécromancien, pirate se transformant progressivement en crabe géant, limbes où errent les morts…). Une action qui s’enchaîne à rythme rapide, fruit d’une virtuose scénaristique ou d’une certaine improvisation. Et des séquences surtout rendues fortes par le dessin d’Igor Kordey, dans un style réaliste encré, très fouillé, faisant un peu songer à Richard Corben et une mise en couleur créant de vraies ambiances diverses et réussies.

    Bref, une fois acté le principe que tout est possible dans ce monde de Paragusa, l’immersion est agréable et distrayante. Et on peut suivre Colt et Pepper dans la suite de leurs pérégrinations. 24

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    U-book dans le Pacifique

    Pacifique, Romain Baudy, Martin Trystram, éditions Casterman, 80 pages, 15 euros. Voilà un premier ...

    Gai-Luron ? C’était mieux avant… mais c’est bien maintenant

    Les nouvelles aventures de Gai-Luron, tome 1 : Gai-Luron sent que tout lui échappe… ...

    Difficile à suivre ce Larry !

    IR$ all watcher, tome 7 : Le trou noir financier. Scénario : Desberg. Dessin ...

    Rendez-vous pour une dernière nuit à Rome

    C’est le genre de carte postale qui peut susciter la zizanie au sein des ...

    La petite fille à barbe et le gros machin à 4 pattes contre les multinationales

    Chimichanga, Eric Powell. Editions Delcourt, 96 pages, 13,95 euros. Lula est une petite fille ...

    Mast va dévoiler la “Conspiration Macron” à la rentrée

    Un an après avoir pastiché la campagne de l’élection présidentielle en version super-héros déjantés, ...