Dans l’enfer de l’après guerre de Sécession

     Après l’enfer, tome 1: Le jardin d’Alice, Damien Marie (scénario), Fabrice Meddour (dessin et couleur). Editions Grand Angle / Bamboo, 54 pages, 14,90 euros.

    Fin de la guerre de sécession en Caroline du Sud, ravagée par la tornade de la guerre et le passage des troupes du général Sherman.
    Une jeune femme, Dorothy a vu sa plantation pillée et sa mère violée et tuée par une bande de douze mercenaires. Désormais solitaire, avec un vieux chien comme seul compagnon, elle se lance à la poursuite de cette bande pour leur payer leur crime. En chemin, elle découvre Alice, petite fille qui, elle aussi, a été victime de la bande. En parallèle, trois vétérans confédérés, salement marqués dans leur chair par la guerre se mettent eux sur la piste d’un “trésor” que les nordistes auraient réuni en fondant leurs rapines en lingots d’or. Ces deux quêtes et les deux groupes vont converger et s’unir face à des esprits encore plus malfaisants et effrayants qu’on aurait pu le penser, qui commencent à mettre en application les préceptes du futur Ku Klux Klan…

    Damien Marie s’y connaît en récit violent, poussant très loin la sauvagerie humaine (comme dans Back to Perdition). Mais il sait aussi faire montre de délicatesse et de finesse quant il s’agit d’aborder par exemple le sujet de la maladie d’Alzheimer. Et il mêle les deux dans ce premier volet d’un diptyque en forme de remontée au coeur des ténèbres.

    Portée par le dessin puissant et superbe de Fabrice Meddour (dont on connaît aussi la finesse de trait depuis son envoûtant Hispañola), rehaussé à l’aquarelle et au pastel, l’intrigue navigue en permanence entre la douceur des relations entre Alice et Dorothy et la violence qui imprègne toute les pages dans un halo fantasmatique.

    L’intérêt supplémentaire de ce récit de western historique post-moderne et l’idée fort originale de de ce dyptique est d’y avoir mêlé les évocations d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carrol mais aussi du Magicien d’Oz de Frank L.Baum. Une transposition subtilement réalisée et qui enrichit encore cette histoire. Et en fait un nouveau conte onirique, violent et tragique.
    Et l’on peut espérer que la deuxième partie de l’intrigue, dans les eaux glauques du bayou, soit du même niveau.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pierre Christin, de Goscinny au prix Goscinny 2018

    Le scénariste de Valérian (entre autre) vient de se voir décerné le prix Goscinny ...

    Des Vieux fourneaux toujours au poil !

    Les vieux fourneaux, tome 2: Bonny and Pierrot, Wilfrid Lupano (scénario), Paul Cauuet (dessin). ...

    Melvile hantée et habitée

    Melvile, l’histoire de Samuel Beauclair, Romain Renard, éditions Le Lombard, 136 pages, 19,99 euros. ...

    Le der des ders de Charlie

    La Grande Guerre de Charlie, tome 10 : la der des ders, Pat Mills ...

    Terre très humaine avec Joe Sacco

     Payer la terre, Joe Sacco. Editions Futuropolis / Revue XXI, 272 pages, 26 euros. ...

    Les passions s’exacerbent dans les deux mondes

    Le Grand Mort, tome 4 : Sombre, Régis Loisel, Jean-Blaise Djian, Vincent Mallié, éditions ...