Une tarte pour se réconcilier avec les épinards

    Un peu de tarte aux épinards, tome 1: bons baisers de Machy, Philippe Pelaez (scénario), Javier Casado (dessin). Editions Casterman, 48 pages, 11,95 euros.

    En matière d’épinards et de bande dessinée, on connaissait Popeye. Mais Marie-Madeleine Madac Miremont se pose désormais là.

    On la découvre dès la première planche en mère courageuse et célibataire, résidant à Machy, petit village de l’Aube. Son mari, camionneur, a pris la route pour ne plus jamais revenir, la laissant seule avec huits enfants: Marcel, Mauvert, Maurice et Murat côté gars ; Magalie, Mathile, Mireille et… Sarah (mais elle, elle n’était pas prévue). Même si elle ne semble pas très futée, elle fait face.
    Pour subvenir aux besoins de cette grande famille, Marie-Madeleine fait des petits boulots, mais pense avoir trouvé la recette miracle grâce à son champs d’épinards. Chacun mettant la main à la pâte, la famille va produire des tartes à vendre au marché. Le résultat est mitigé jusqu’au jour où un livreur vient lui amener un paquet venant de Somalie, bien destiné à “M.M.Madac” de Machy.
    A l’intérieur du colis, d’étranges plantes que Marie-Madeleine ajoute à ses tartes suivantes, qui obtiennent alors un succès fou. Une vraie réussite jusqu’à ce qu’une bande de tueurs britanniques ne viennent s’intéresser d’un peu trop près à ces colis, à l’origine du quiproquo et à cette fameuse plante exotique qu’ils contiennent, qui s’avère être du khat, la drogue favorite de la Corne de l’Afrique !

    Fraternité familiale et polar rural vont de pair dans cet album, tome 1 d’une série envisagée donc, mais composé comme un épisode complet. L’héroïne est aussi atypique que le cadre du récit – quoique ces derniers temps, la “france péri-urbaine oubliée” et les classes populaires ont retrouvé une sacrée visibilité. Mais Philippe Pelaez ne fait pas dans le récit social, plutôt dans la fantaisie burlesque pleine d’énergie. Plongeant d’entrée le lecteur au milieu de son étonnante tribu, il ne le lâche plus, dans une intrigue qui maintient constamment un rythme soutenu jusqu’à l’explosion finale. Une intrigue soutenue également par des dialogues qui, au-delà des allitérations en “M”, prennent un vrai plaisir à jouer avec les mots (notamment autour du mauvaise interprétation du mot “fuck” / “feucque”.

    Graphiquement, la famille nombreuse, chaleureuse et chamailleuse fait d’abord un peu songer aux Beaux étés, dont le trait semi-réaliste très expressif de Javier Casado se rapproche. Pour la seconde partie et son action échevelée, on pense plus à la récente adaptation de San-Antonio, avec une même légèreté et fluidité dans le dessin.

    Passablement improbable, cette histoire s’avère fort réjouissante. Même sans avoir goût à la tarte de Marie-Madeleine Madac Miremont de Machy, on “M” et on aime…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le Louvre à marée haute avec Florent Chavouet

    L’île Louvre, Florent Chavouet. Editions Futuropolis/Musée du Louvre, 96 pages, 20 euros. Après Étienne ...

    Largo Winch repart sous une bonne étoile

    Largo Winch, tome 21: l’étoile du matin, Eric Giacometti (scénario), Philippe Francq (dessin). Editions ...

    L’éternel Lefranc

    Lefranc, tome 23 : l’éternel Shogun, Robberecht, Regric, d’après Jacques Martin, editions Casterman, 48 ...

    Siné, un grand dessin tout tracé

    Siné, 60 ans de dessins, François Forcadell, Stéphane Mazurier, préface de Guy Bedos. Editions ...

    Visa transit, aller simple vers l’inconnu

     Visa transit, Volume 1, Nicolas de Crécy. Editions Gallimard, 136 pages, 22 euros. Il ...

    Mickey horriblement séduisant

    Horrifikland, une terrifiante aventure de Mickey Mouse, Lewis Trondheim (scénario), Alexis Nesme (dessin). Edition ...