Déjà au rendez-vous du 24e festival de bande dessinée d’Amiens

    Mine de rien, les 24e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, c’est dans moins de cinq mois. Dans l’attente de la super-affiche de l’année (les organisateurs font encore mariner un peu le public…) et d’une alléchante expo Blake et Mortimer par Schuiten, les différents concours de l’année sont déjà lancés.

    Les 24e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, c’est le week-end des 1er et 2 juin. De nouveau dans la grande halle Freyssinet, qui a largement séduit public et auteurs l’an passé. Et avec encore du lourd. Après Titeuf et Zep, c’est Blake, Mortimer et François Schuiten qui devraient marquer l’édition, avec une expo et une sortie en avant-première de l’album très attendu de l’auteur des Cités obscures revisitant l’univers de Jacobs. avec Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig. d’Amiens
    Autre grand rendez-vous, celui consacré à l’auteur de l’affiche 2019… qui devrait être dévoilée d’ici peu.

    En attendant, les trois concours rattachés à la manifestation sont d’ores et déjà lancés. Toujours dans l’esprit d’associer mise en valeur de jeunes auteurs et médiation autour du livre à destination des jeunes publics.

    Le concours régional de bande dessinée

    Cette fois encore, chacun peut se glisser dans la peau d’un auteur en participant au concours régional de bande dessinée.
    Après “les monstres”, le thème déterminé pour l’année est: « Ma mamie a quelque chose de spécial » (avec une affiche dessinée par Steve Baker).
    Les gagnants de chaque catégorie (classes élémentaires, collèges, lycées et « hors catégorie », ouverte à tous) seront récompensés d’un bon d’achat en bande dessinée d’une valeur de 150 €.
    Pour participer, il faut envoyer 1 à 2 planches formats (A4 à A3) à l’association On a Marché sur la Bulle (147b rue Dejean 80000 Amiens) avant le 8 mai 2019 ! Et le constat, au vu notamment du palmarès 2018, est que le niveau monte d’années en années.

    Le prix BD des collégiens samariens

    20 collèges de la Somme participent à cette sixième édition. Six albums ont été choisis par les porteurs du projet et les partenaires éducatifs. Il s’agit de The End, de Zep (ed. Rue de Sèvres), La Brigade des cauchemars, de Franck Thilliez et Dumont (ed. Jungle), Le tome 1 des Ravencroft, de Cali et Brancati (ed. Kramiek), En roue libre, de Rochier et Moog (ed. Casterman), Jamais, de Bruno Duhamel (ed. Grand Angle) et Seule, de Lapière et Efa (ed. Futuropolis). Une sélection éclectique donc d’où sortiront l’album et l’auteur qui succèderont à Winschluss et à sa Forêt sombre et mystérieuse (prix 2018).

    Le Prix Révélations des lycéens des Hauts-de-France

    Changement de dimension pour l’ancien prix des lycéens picards. Depuis l’an dernier, il est désormais étendu à l’ensemble de la “grande” région et ouvert aux trois premiers albums d’un jeune auteur. Un changement qui a abouti, l’an passé à primer Timothée Le Boucher et son excellent Ces jours qui disparaissent.
    Pour cette deuxième édition, 30 classes également réparties sur les cinq départements de la région sont partie prenante. Depuis le mois de novembre et jusqu’en avril, les 665 élèves concernés se penchent sur les planches des 10 albums de jeunes auteurs sélectionnés pour l’édition 2019. Appuyé par des interventions des membres de l’association On a marché sur la bulle, l’objectif du projet est à la fois de révéler les nouveaux talents de la bande dessinée mais également de permettre à des jeunes éloignés de la lecture de renouer avec le monde des livres.

    La sélection devrait permettre d’aller dans le sens des deux objectifs, avec Tinta run de Cointault (éd. Glénat), Nos embellies de Morizur et Duvoisin (éd. Grand Angle), L’Écorce des choses de Bidault (éd. Warum), Phoolan Devi de Fauvel (éd. Casterman),  Serum de Pedrosa et Gaignard (éd. Delcourt), Dryades de Van de Ghinste (éd. La boite à Bulles), Teddy Bear de Giugiaro et Gasparutto (éd. Ankama), Il faut flinguez Ramirez de Petrimaux (éd. Glénat), Primo Levi de (Mastragostino et Ranghiasci (éd. Steikins) et Lost children de Sumiyama (éd. Ki-Oon).

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La crise de la quarantaine d’Angoulême

    Et ça continue très fort, le pré-Festival d’Angoulême, cette année. Après le clash d’une ...

    La résidence de Nicolas Juncker sur 14-18 s’achève à Rethondes

    Clôture d’une résidence étalée sur trois ans, consacrée à la Première Guerre mondiale, une ...

    Les lauréats des concours amateurs des 18e Rendez-vous d’Amiens

    Rendez-vous habituels de la dernière partie du salon de bande dessinée d’Amiens, c’est ce ...

    Glénat, cinquante ans d’histoires de la BD

    Les éditions Jacques Glénat célèbrent cette année leur cinquante ans. Occasion d’un premier ouvrage ...

    Un passage des Cités obscures à la BNF

    La bibliothèque nationale de France dévoile les “coulisses des Cités obscures”. A découvrir encore ...

    Ch’picard il est coé éd mode… en bande dessinée aussi !

    En ce jour où le Courrier est encore plus picard, le parler régional est ...