Descender, une chute en apothéose

     Descender, tome 6: la fin d’un monde ancien, Jeff Lemire (scénario), Dustin Nguyen (dessin). Editions Urban comics, 168 pages, 15,50 euros.

    Ce qui se pressentait dans le tome 5, se confirme : toutes les forces lancées à la poursuite du robot-enfant Tim-21 (porteur d’un codex permettant d’enclencher des armes de destruction massive) convergent vers la planète Mata, pour un final époustouflant. Là se trouvent le professeur Solomon et le robot à l’origine de tous les androïdes développés dans la Conglomérat galactique unifiée (CGU) et des moissonneurs.
    Dans un long préambule, remontant à quatre millénaires, on va d’ailleurs enfin en apprendre plus sur l’origine de ces derniers, gigantesques robots invincibles ayant semé un raid destructeur, dix ans plus tôt, qui déclencha, en répression les “pogroms” anti-robots.

    Tandis que le capitaine Tesla et le Dr Quon vont apprendre de Solomon le secret de Tim-21, Andy et Effie cherchent à fuir le vaisseau amiral de la flotte du CGU du général Nagoki (le père de Tesla). Et les robots rebelles du “Programme” enclenchent leur attaque sans merci contre les humains. Mais c’est une menace plus ample et radicale qui menace toute la galaxie. Et la fin de ce monde est proche…

    Il est rare, ou en tout cas pas si commun, qu’une série au long cours parvienne à maintenir un niveau aussi haut d’intensité et de qualité narrative et graphique. Et, souvent lorsque les attentes ont été élevées, la déception est au rendez-vous au final. Mais, pas de mauvaise descente avec Descender. Ce dernier volume, qui réunit les chapitres 27 à 32, se montre pleinement à la hauteur de nos espoirs.

    Cohérente, toujours aussi rythmée (malgré un flash back inaugural pouvant sembler un peu décalé et longuet), cette dernière partie prend même une forme de dimension métaphysique, avec ce changement de perspective induit par la connaissance de la réalité des “moissonneurs” et de leurs créateurs. Et le final révèle un autre choc, spectaculaire, tragique et surprenant.
    Aller plus loin dans l’explication ferait perdre le plaisir de la révélation…
    Et il faut encore saluer la maîtrise graphique et visuelle unique de cette histoire, avec les aquarelles fines et poétique de Dustin Nguyen, d’apparence décalée dans cet univers de SF, mais très appropriées pour exprimer et faire ressentir l’émotion et la singularité du propos.

    Seule révélation permise, en revanche : cette “fin” n’en est pas totalement une. Jeff Lemire, dans une postface annonce en effet que Descender va se poursuivre à travers une nouvelle saga au long cours, Ascender. Cette première série étant déjà montée très haut, on peut rêver de la suite. Et espérer qu’Urban comics lui offrira également un aussi joli écrin.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Kamisana, la mélodie du bon air

    Kamisama, La mélodie du vent, Keisuke Kotobuki. Editions Ki-oon, 112 pages, 11,10 euros. Voici ...

    Chapeau melon et bottes de cuir le grand jeu

    Chapeau melon et bottes de cuir, Grant Morrison, Anne Caulfield (scénario), Ian Gibson (dessin), ...

    Assurances sourires

    La bureautique des sentiments, Jorge Bernstein (scénario), Julien/CDM (dessin). Editions Fluide glacial, 64 pages, ...

    Spirou et Fantasio font leur cinéma

    Spirou et Fantasio, le triomphe de Zorglub, Olivier Bocquet et Alexis Sentenac (scénario), Bric ...

    Jolie petite tranche de vie

    Un temps de Toussaint, Angelo Zamparutti (scénario), Pascal Rabaté (dessin). Editions Futuropolis, 24 pages, ...

    Le protocole se poursuit bien

    Le protocole Pélican, tome 2, de Richard Marazano et Jean-Michel Ponzio, éditions Dargaud, 60 ...