Le bonheur de retrouver les “Happiest Adventures” de Donald

    Donald’s Happiest Adventures : à la recherche du bonheur, Lewis Trondheim (scénario), Nicolas Keramidas (dessin). Editions Glénat, 48 pages, 15 euros.

    Ils ont vraiment du bol, Trondheim et Keramidas. Deux ans après avoir découvert dans un vide-grenier une collection, endommagée et incomplète des “Mickey’s Quest”, les deux auteurs sont tombés sur un paquet entier de “Donald’s Quest” ! Certaines pages sont certes un peu abîmées, mais cette fois l’histoire est complète. De quoi inciter Trondheim à traduire en français l’histoire pendant que Keramidas dessinait une couverture originale, en diptyque au premier volume. Et de quoi inciter les lecteurs à se plonger avec bonheur, et une cinquantaine d’années plus tard, à cette histoire pleine de rebondissements.

    Pour une fois, ici, Donald s’en sort bien. Ou, plus exactement, il n’est pas que le souffre-douleur de son oncle Picsou. Celui-ci songeait à l’envoyer découvrir une vieille mine aztèque, avant de se raviser et de lui demander d’aller trouver… le secret du bonheur. Pas forcément plus simple, mais Donald va faire feu de tout bois. Il contacte d’abord son cousin Gontran Bonheur, puis sa grand-mère dans sa ferme, cherche l’édition originale du Manuel des Castors juniors, convoque le professeur Donald Dingue, rencontre le dictateur de la Brutopie – où il va vivre bien des péripéties dans cet Etat dictatorial – pense trouver l’issue de sa quête auprès de vénérables moines dans l’Himalaya, etc. Et, ponctuellement, il trouve même le temps d’arrêter Pat Hibulaire.

    La “collection Disney” de Glénat se poursuit et s’étoffe donc. Et le duo Trondheim-Keramidas semble manifestement prendre de nouveau un grand plaisir à pasticher les vieux classiques de l’Oncle Walt. Comme dans le précédent opus, un soin tout particulier est apporté au côté “vintage” de l’album, avec sa couverture au dos tissé, son papier crème et à l’effet vieili, l’usage d’une grosse trame à points et un trait qui reprend les codes des BD des années 60. Moins “expérimental” donc que les Mickey’s Happiest Adventures, puisque cette fois l’histoire peut se lire entièrement, cet album rend justice à Donald, souvent très malmené chez Mickey. Et derrière ces aventures rocambolesques et burlesques, c’est aussi une petite leçon de philosophie du bonheur que les deux auteurs proposent ici. Sans révélation ultime, mais en tout cas, cet album participe à en donner, du bonheur.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Deathtopia, t’as de beaux yeux, tu sais (et pas que)

    Deathtopia, tome 1, Yoshinobu Yamada (scénario et dessin). Editions Soleil – Manga, 192 pages, ...

    Crise d’ado et dents pointues

    Aspirine, Joann Sfar. Editions Rue de Sèvres, 130 pages, 16 euros.x  Aspirine (oui, c’est ...

    Une réalité aussi froide que la guerre du même nom

    Jeu de dames, tome 2, Toldac (scénario), Philan (dessin). Editions Grand Angle (Bamboo), 48 ...

    La renaissance des Pieds Nickelés !

    Quand on est passionné, on commet de douces folies. Commentez ou exprimez-vous grâce aux ...

    Le fantôme amoureux

    Hôtel particulier, Guillaume Sorel. Editions Casterman, 104 pages, 17 euros. De nos jours, lassée ...

    Lucy, toujours aux sources de notre humanité

     Lucy, l’espoir,  Patrick Norbert (scénario), Tonino Liberatore (dessin et couleur), Yves Coppens (conseil scientifique et ...