L’art subtil de Matt Kindt pour dérouler ses crimes étranges

     Du sang sur les mains, de l’art subtil des crimes étranges, Matt Kindt. Editions Monsieur Toussaint Louverture, 272 pages, 24,50 euros.

    L’Américain Matt Kindt mène une double carrière, entre comics de super-héros (pour Marvel ou l’éditeur Valiant) et albums plus ambitieux et personnels. C’est dans ce deuxième registre que se situe ce roman graphique de près de 300 pages, même s’il s’inscrit dans un “genre” très cadré: le polar. Voire même le polar d’apparence classique.

    Dans les années 60, dans la petite ville américaine de Diablerouge, à la frontière américano-canadienne, aucun crime ne semble devoir rester secret. Et ce grâce au talent et aux méthodes de l’inspecteur Gould. Un vrai flic archétypal, avec son chapeau à la Dick Tracy et son sens de la déduction. Un talent dont rend régulièrement compte la presse locale mais qui s’attache à résoudre des affaires pouvant sembler bien secondaires:  une serveuse qui dérobe et accumule des chaises, un galeriste ayant bâti sa fortune en découpant en morceaux des tableaux, un malfrat à la tête d’un trafic de fourrures, une romancière créant un roman à partir d’une composition gigantesque de panneaux, etc. Mais derrière cela se cache aussi un crime machiavélique qui dévoilera toute sa puissance.

    Salué par Jeff Lemire (scénariste de l’excellente série Descender) comme l’oeuvre la “plus envoûtante et stimulante à ce jour” de Matt Kindt, Du sang sur les mains est aussi volontiers comparé à Usual suspect, le génial film manipulateur de Bryan Singer ou à Memento de Christopher Nolan, autre récit déconstruit et de ne prenant son sens qu’à la toute fin. Ce gros pavé partage effectivement cette dernière caractéristique. Auparavant, le récit ou plutôt les multiples chapitres disparates qui s’accumulent, peut laisser circonspect. Ces mini-intrigues, rituellement ponctuées par la reproduction d’un article du journal local et d’une intrigante page sur fond noir de dialogue entre Gould et un mystérieux interlocuteur, peuvent s’avérer assez ironiques. Mais aussi d’un intérêt relatif. D’autant que le style graphique, rehaussé à l’aquarelle, n’a rien d’éblouissant.

    De fait, c’est le genre d’album qui s’apprécie en étant relu, et re-relu. A moins d’une attention extrême dès la première lecture, de multiples détails apparaissent alors au fils des petites historiettes, comme autant d’indices fondamentaux, jouant sur le rapport texte-image, pour nouer (ou dénouer) l’intrigue finale.
    Sur ce plan, Matt Kindt manie effectivement un “art subtil” pour narrer ces “crimes étranges“. Un jeu de piste jubilatoire quand on y plonge pleinement, même s’il demeure quand même assez largement artificiel.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'AIMEJ'AIME
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Mathieu Sapin, grand reporter à “Libération”

    JOURNAL D’UN JOURNAL de Mathieu Sapin, éditions Shampoing (Delcourt),128 pages, 14,95 euros. Au prime ...

    Quand l’histoire déraille

    Les Brigades du temps –Tome 1 : 1942, A l’ouest rien de nouveau, Bruno Duhamel, ...

    Irena, d’un ghetto l’autre

     Irena, tome 4: je suis fier de toi, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), ...

    Mickey maousse toujours avec Glénat

    « l’icône du rêve américain », comme le désigne Garry Apgar, dans son imposante biographie ...

    Jonas, ça requinque !

    Jonas, le requin mécanique, Bertrand Santini (texte), Paul Mager (illustration). Editions Grasset Jeunesse, 109 ...

    Amusantes leçons particulières à l’africaine

    Mémel, Eric Borg (scénario), Mickaël Sanlaville (dessin). Editions Bigfoot, 56 pages, 10,90 euros. Deuxième ...