“Toujours plus fou, toujours plus beau”… Eldorado

    Eldorado, Hélène Ferrarini (scénario), Damien Cuvillier (dessin et scénario). Editions Futuropolis, 176 pages, 26 euros.

    L’Eldorado est bien une chimère tragique. C’est ici le nom du chantier d’un canal à percer, quelque part au début du XXe siècle, à travers une jungle sud-américaine. Jeune syndicaliste, et poète, Marcello s’y retrouve sans l’avoir voulu, à la fin d’un soir d’ivresse et à la suite de l’échec de la grève qu’il avait mené dans la fonderie anglaise dont il vient de se faire licencier. Désormais rendu captif des dettes qu’il doit à la compagnie qui l’exploite, il va accepter les plus durs postes afin de recouvrer sa liberté. Alors qu’il s’épuise à la tâche, il se rattache au souvenir de son amour secret, Louisa, à qui il écrit tous les jours. Une de ses lettres arrive, par hasard, jusqu’à Barbara, la femme de l’ingénieur du chantier. Elle qui se morfond dans cet enfer vert va y trouver matière à rompre sa propre solitude. Les lettres n’arriveront jamais à Louisa, systématiquement détournées par Barbara, qui vit sentimentalement par procuration, tandis que Marcello s’enfonce dans la folie. Avant une rencontre, de hasard, entre eux qui va tourner tragiquement. Sous l’oeil discret des Amérindiens qui assistent, en observateurs passifs à ces passions démentes, parallèles à la destruction de leur environnement.

    Romanesque et romantique, cette histoire de la journaliste Hélène Ferrarini et de l’auteur picard Damien Cuvillier brosse un portrait dantesque de la condition ouvrière, digne de Germinal. Et c’est avec un brio assez magistral qu’ils réussissent à imbriquer cette approche sociale avec le drame personnel de Barbara et Marcello.

    Ample, le récit est prenant de bout en bout malgré un faux rythme et quelques ressorts dramatiques un peu vite abandonnés (ainsi du copain de Marcello, embarqué volontaire, lui, et qui disparaît dès la traversée ou l’animosité du contremaître à l’encontre du jeune syndicaliste, qui n’est pas réellement exploitée). La présence, fugitive et au deuxième plan de la tribu amazonienne reste également un peu énigmatique. Même si la dimension psychologique et le duo improbable formé par Marcello et Barbara s’imposent bien progressivement comme le double moteur du récit.

    Mais c’est visuellement que cet Eldorado éblouit pleinement. Le trait réaliste de Damien Cuvillier fait songer, dans cette moiteur latino-américaine, à celui d’Hermann tandis que les figures féminines se rapprochent, par leur délicatesse à celui de Cyril Bonin. Joliment rehaussé à l’aquarelle, son trait fait encore un bond, dans la finesse et l’émotion par rapport à son précédent album, Nuit noire sur Brest. Un travail sur les couleurs et les ambiances qui explose dans les magnifiques double page qui viennent, tels de vrais tableaux, régulièrement rythmer l’histoire. Tout comme les titres des chapitres (“Vivre déracinés, vivre tard, vivre vite” ou “Le malheur rend fou“) tous extraits de la chanson du même nom de Bernard Lavilliers. Une parenté voulue et bien choisie. C’est bien “dans la démesure et la folie” que l’on trouve aussi cet Eldorado, “Toujours plus fou, toujours plus beau“. 

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Traces de la Grande Guerre dans les collèges

    Cette année, les collégiens de la Somme recevront une version réduite (et inédite !) ...

    Opus, le dessin très anime de Satoshi Kon

    Opus, tome 1, Satoshi Kon, éditions imho, 196 p., 14 euros. Pas toujours facile ...

    Votez Aurel et Lindingre !

    Rase campagne, Lindingre (scénario), Aurel (dessin). Editions Fluide Glacial, 64 pages, 14 euros. Aurel, ...

    Des récits pleins de vie

    [media id=15 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    Voyage dans la terre, au milieu

    Aslak, tome 2 : le mât du milieu, Hub, Weytens, Michalak, éditions Delcourt, 48 ...

    Metalfer n’a pas rouillé !

    Metalfer, Stan et Vince (dessin et scénario), Editions Dargaud, 80 pages, 15,99 euros. Cette ...