Emma G.Wildford, l’amour de l’aventure

    Emma G.Wildford, Zidrou (scénario), Edith (dessin). Editions Soleil, Coll.Noctambule, 104 pages,

    Voici un joli petit livre au style très british. Sous l’ère victorienne, Emma G.Wildford est une jeune femme qui se morfond de l’absence de son fiancé disparu dans le grand nord lapon depuis plus d’un an. Il ne lui a laissé qu’une lettre, à ouvrir s’il ne devait pas revenir.
    Tandis que sa grande soeur, marié à un banquier cossu attend un enfant, Emma décide d’aller chercher elle-même son explorateur de fiancé. Au risque de bousculer les habitudes et les convenances.
    Poétesse à ses heures, libre d’esprit, elle se lance dans l’aventure avec autant de détermination que d’inconscience et de naïveté. Et sera confrontée à quelques cruelles vérités.

    Il faut déjà dire deux mots de “l’objet-livre” et du soin, une nouvelle fois, apportée par la collection Noctambule à ses ouvrages.
    De moyen format, l’album s’ouvre avec un double rabat et se découvre comme un écritoire. A l’intérieur, au fil des pages, le lecteur découvrira un ticket d’embarquement de la Blue Star Lines, une photo et la fameuse enveloppe écrite pour Emma, qui contient la révélation au coeur du drame. Autant d’éléments pas forcément indispensables à la compréhension du récit – puisqu’ils sont tous évoqués dans les planches – mais qui participent à la création de ce petit univers sophistiqué et soigné. Au-delà de la qualité technique apportée à l’ouvrage, ce bel écrin permet d’entrer pleinement dans l’univers, poétique d’Emma G.Wildford, concocté par Zidrou pour Edith.

    L’histoire, en soi, n’est pas la plus forte ni la plus émouvante imaginée par le prolifique scénariste des Trois fruits ou de l’adoption. Mais la dessinatrice havraise s’en empare avec talent et une grande délicatesse dans le trait des personnages ou la restitution des espaces du grand nord. Poursuivant bien dans sa veine des univers très britanniques, déjà développé dans Le jardin de minuit. Elle confère aussi à sa jeune héroïne toute la modernité et la détermination nécessaires pour en faire une bonne compagne de voyage.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Cixi…et de trois !

    Cixi de Troy, le Secret de Cixi, tome 3, de Christophe Arleston, Olivier Vatine ...

    Un huitième tome pour boucler la boucle d’Infinity 8

    Infinity 8, tome 8: Jusqu’au dernier, Lewis Trondheim (scénario), Killofer (dessin). Editions Rue de ...

    Premiers prix remis à Angoulême

    Avant la soirée de clôture et son palmarès, ce dimanche, le Festival international de ...

    Une pas si drôle de guerre

    Une génération française, tome 2 : populations trahies, Thierry Gloris (scénario), Manuel Garcia (dessin). ...

    Cost killers en série au Parc Zombillénium

    Zombillénium, tome 3 : Control Freaks, Arthur de Pins, éditions Dupuis, 48 pages, 14,50 ...

    Au coeur du vide existentiel contemporain

    L’homme qui n’existait pas, Cyril Bonin, éditions Futuropolis, 56 pages, 16 euros. Dans son ...