C’est bête et méchant : Cavanna est mort

    hommage clin d'oeil à la célèbre Une de Hara-Kiri Hebdo, lors de la mort de De Gaulle

    Choisir la veille de l’ouverture du Festival d’Angoulême pour décéder, dernière belle idée de Cavanna, fondateur d’Hara Kiri et Charlie Hebdo et écrivain populaire, mort ce mercredi soir à l’âge de 90 ans. Hospitalisé à Créteil (Val-de-Marne) pour une intervention après une fracture du fémur, il serait décédé de complications pulmonaires. Ultime et unique défaillance pour quelqu’un qui n’a jamais manqué de souffle dans sa vie professionnelle…

    Avec ses indignations tonitruantes, le nom de Cavanna est pour toujours lié à Hara Kiri, le mensuel “bête et méchant”, brûlot qu’il crée en 1960 avec le professeur Choron (Georges Bernier). Un magazine sans aucun tabou flinguant à tout va l’armée, les beaufs, les chasseurs ou les religions. Le talent de Cavanna fut aussi de faire émerger quelques débutants surdoués — Reiser, Cabu, Wolinski, Gébé, Topor, pour ne citer qu’eux.

    La vraie Une historique d'Hara Kiri hebdo et sa réutilisation par Siné Hebdo en 2008.

    L’hebdo reste, aujourd’hui, peut-être plus célèbre encore pour sa fin, Interdit de parution, sous sa forme d’hebdo en 1970 après sa couverture historique sur la mort du général de Gaulle — « Bal tragique à Colombey : un mort » (faisant le lien avec un tragique faits divers quelques jours avant en Isère, un un incendie dans une discothèque avait fait plusieurs morts). Immédiatement, Hara-Kiri renaît sous la forme de Charlie Hebdo, qui tiendra toutes les années 70 avant de cesser de paraître, faute de lecteurs, au début des années 80 (là encore, dans un grandiose final, lors d’une soirée épique du Droit de réponse de Michel Polac).

    En 1991, l’aventure reprend. L’hebdo renaîtra une nouvelle fois, sous l’impulsion de certains auteurs ayant quitté l’éphémère La Grosse Bertha, réunis autour de Philippe Val. Et, bien sûr, Cavanna est de la partie. Il reprendra ses chroniques jusqu’à aujourd’hui. Entre temps, il aura suivi les diverses péripéties du nouveau titre, entre le glissement progressif de son directeur éditorial vers des positions de plus en plus atlantistes et “social-démocrates” (avant que son amitié pour la chanteuse Carla Bruni n’offre à Val une place à la direction de France Inter) et la fameuse polémique autour de Siné. Sur ce dernier cas, sans jamais se départir de la loyauté à l’égard de “son” journal, Cavanna s’était montré d’une pudeur et et d’une retenue digne.

    Entre coups de gueule et réflexions, Cavanna, le “rital” de Paris – fils d’un maçon italien – dessinateur de presse d’abord, aura écrit bon nombre d’ouvrages, dont resteront dans les mémoires notamment Les Ritals (sur sa jeunesse) ou les Ruskoffs (récit de ses deux ans en camp, raflé par le STO en 1943).

    Dans son dernier ouvrage, Lune de miel, en 2010, il raconte sa bataille contre la maladie de Parkinson. “Il annonçait ce que son corps lui réservait“, soulignait hier Delfeil de Ton à l’AFP. Lui rendant hommage, l’ex-chroniqueur à Hari Kiri et Charlie Hebdo, aujourd’hui au Nouvel Observateur et à Siné Hebdo notait aussi : “Ce qui le menaçait encore hier, c’était le pire et il y aura échappé. Il en a bien bavé, tous ces derniers mois, mais on riait, il n’a jamais perdu la tête. Sa tête si bien faite. Si belle.”

    Et le dessin, hommage, d’Alex, ce vendredi 31 janvier dans le Courrier picard :

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De jolis “Carnets” sortis de la Hutte

    En plus de leur Niche du Déhu, quelques étudiants du diplôme universitaire de bande ...

    Scoop : Lou est picarde !

    Lou, la série-phare de Julien Neel (aux éditions Glénat) a été transposée par son ...

    Le passé de Valerian a encore un sacré avenir

    Valérian, l’avenir est avancé: volume 2, Pierre Christin (scénario), Jean-Claude Mezières (dessin). Edition Dargaud, ...

    L’histoire d’Amiens se dessine en BD

    L’histoire d’Amiens, “de Samarobriva aux guerres de religion”, c’est le thème d’un album à ...