“Charlie Hebdo” : la dérision plus forte que la haine

    Une semaine après l’attentat qui a frappé et détruit ses locaux – en lien avec un numéro “spécial charia” – Charlie Hebdo a bien réagi ce mercredi.

     Mercredi dernier, Charlie Hebdo faisait doublement l’événement. Par son numéro rebaptisé “Charia Hebdo” avec dessin de “une” de Mahomet promettant des coups de fouet pour ceux qui ne riraient pas… et pour l’attentat au cocktail molotov qui, la nuit-même avait détruit ses locaux ; suivront une attaque de hackers contre son site internet, un déferlement de commentaires sur sa page Facebook et finalement la décision de cette dernière société… de fermer ladite page ! Depuis, l’hebdo a lancé un blog.

    Autant dire que le numéro d’aujourd’hui était, également, très attendu. Et autant dire que si l’humour provoc’ et potache de la semaine dernière pouvait légitimement susciter des remarques (avant que celles-ci ne se voient quasiment interdites par l’avalanche de réactions unanimes et la nécessaire solidarité minimale aux victimes de cet attentat aussi rare – heureusement – qu’odieux), autant la réaction de l’équipe de Charlie a été à la hauteur. A l’image de la Une de cette semaine, signée encore Luz. Contre la bêtise et la haine, au même titre que l’amour, la dérision est une vraie réponse – du moins dans une démocratie qui permet et protège cette expression-là ! Et les “couvertures auxquelles vous avez échappé”,  en der (ou d’autres inédites sur le blog), tout comme la double page centrale de dessins s’avèrent aussi particulièrement réussies.

    Côté texte, si la litanie de commentaires de solidarité, de politiques et de responsables de presse pourra sans doute surprendre, voire irriter quelques lecteurs (lire Christophe Barbier de l’Express, F.O.G. du Point ou même Yves Thréard du Figaro n’étant pas forcément ce qu’on vient chercher dans l’hebdo satirique…), on peut saluer le bel éditorial de Charb… et le texte de l’excellent François Morel, bel exemple, lui aussi de pratique de l’art de la dérision.

    On se permettra d’en reprendre la conclusion. Après avoir évoqué les diverses pistes d’auteurs possibles de l’attentat (de Benjamin Biolay à Spielberg, voire de Cabu à Libération – pour comprendre lire en page 14), il conclue, de belle manière :  “Qui a brûlé Charlie Hebdo ? (…) la connerie, la bonne vieille grosse connerie, qui fait les guerres, les crimes, les attentats.
    C’est dur d’être aimé par des cons, oui, bien sûr, mais on dirait que ça va devenir de plus en plus difficile d’être détesté par des cons
    .”

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le dessin de presse tient bon la barre à Abbeville

    Une exposition de dessins de presse sur “Liberté d’expression et laïcité” aura lieu pendant ...

    Signé DMz…

    Petite explication de texte (et d’image plutôt) : DMZ est une série de comics ...

    16e festival d’Amiens : jour 1

    Chaude ambiance – à tous les sens du terme pour ce début du 16e ...

    Zadig dans le rétro

    Nouveau trimestriel apparu ce printemps, la revue Zadig, fait aussi la part belle aux ...