Enquêtes sur une bulle prête à exploser…

    Il est rare que la “grande presse” généraliste française consacre un large espace à la bande dessinée – hors rendez-vous rituel angoumoisin de janvier, ou best-seller incontournable. L’enquête “Grand angle” que publie Libération, ce mardi, est donc d’autant plus à saluer.

    L’auteur, Quentin Girard brosse un portrait – plutôt sombre – de “l’envers de la bulle“, à travers essentiellement un zoom sur l’atelier Manjari (Merwan, Bastien Vivès, Marion Montaigne, etc), ce qui est en fait forcément les limites. Mais, malgré cet angle restrictif, les paradoxes du secteur sont bien abordés. Ainsi, jamais on n’a publié autant de bande dessinée – 5327 recensés par l’ACBD en 2011 – mais la situation des auteurs se précarise, en parallèle à une surproduction visant à soutenir la hausse des ventes globales par le nombre de titres publiés… Ce qui s’accompagne d’une diminution moyenne des tirages, donc des revenus des auteurs. CQFD.

    Un article qui me donne aussi l’occasion d’évoquer – avec retard – l’analyse fouillée, sur le même sujet qu’avait fait paraître, voici peu le collectif critique du9 : du9-numerologie-2011 qui analysait la situation de la bande dessinée avec une approche comparable. Pratique culturelle “peu investie”, érosion du lectorat, usure des grandes séries franco-belges classiques, saturation du manga, et scepticisme quant à une éventuelle “révolution numérique” dans le 9e art. Mais en conclusion de cette longue analyse chiffrée, Xavier Guilbert, rédacteur en chef du9 évoquait aussi le fond du sujet, comme une petite bouffée d’air : “La limite de l’analyse des chiffres et des considérations structurelles, c’est d’occulter ce qui fait avant tout la bande dessinée : un médium, un espace où peuvent prendre place récits, personnages, regards, émotions et discours, et dont le potentiel créatif ne montre toujours pas signe d’essoufflement.” Et de terminer sur un espoir : “Peut-être que l’effritement des chiffres de ventes qui concentraient hier la majorité de la fascination des médias permettra d’évoquer la richesse de ce qu’est réellement la bande dessinée : non pas produit d’une industrie (quand bien même celle-ci serait culturelle), mais avant tout oeuvre à découvrir.” Un point de vue auquel on ne peut que souscrire.

    C’est aussi à ces oeuvres, leur créativité et les émotions qu’elles suscitent que, modestement, nous entendons, donner la place ici. En espérant qu’elles parviendront à exister encore longtemps.

    Un graphique, assez saisissant, sur l'évolution du nombre de lecteurs de BD selon la tranche d'âge,extrait de l'étude Numérologie2011,
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jidéhem est décédé, M. de Maesmaker ne signera plus de contrat

    Jidéhem, un des piliers de la bande dessinée franco-belge, s’est éteint ce dimanche 30 ...

    Charlie Hebdo incendié !

    Quand l’histoire se répète, généralement la deuxième fois, c’est sous forme de comédie. Pas en ...

    Rencontre de deux “Schnocks” : Berberian retient La Nuit de Druillet

    Schnock, “la revue des vieux de 27 à 87 ans” s’est fait une spécialité ...

    Rendez-vous avec Pozla à Amiens, ce lundi

    La prochaine “bulle du lundi”, organisée par l’association On a marché sur la bulle ...

    La couverture du nouveau Corto Maltese dévoilée

    Le “teasing” autour du nouvel album de Corto Maltese se poursuit. Cette fois avec ...