Et Philéas vogue dans le monde de la bande dessinée

    Une nouvelle maison d’édition vient de naître, propulsée conjointement par Editis et Steinkis.

    Vu le contexte post-confinement, la tendance semblait plutôt être au replis. Et pourtant, une nouvelle maison d’édition de bandes dessinées vient d’être lancée ce jeudi 11 juin. Philéas est née sous les auspices conjointes de Jules Verne (pour le nom clin d’oeil au héros du Tour du monde en 80 jours) mais surtout d’Edi8 (du groupe Editis) et de Steinkis. Vincent Barbare et Moïse Kissous ont l’objectif premier de proposer des adaptations en bande dessinée des romans “de genre” (polar, thriller, SF, fantastique, etc.) du catalogue du 2e groupe d’édition français.

    Pour ce lancement – en visio-conférence, précautions sanitaires obligent – le nouveau-né s’est vu gratifier d’une dot déjà bien garnie.

    Pas forcément en quantité puisque our ce qui est du nombre de parutions annuelles envisagées, dans un marché toujours marqué par la surproduction – même s’il plafonne depuis un ou deux ans – Philéas ambitionne de publier entre 6 et 10 albums par an.

    En revanche, côté casting, ça envoie du lourd. Pour 2020, deux albums sont programmés pour ce mois d’octobre.
    Tout d’abord Gravé dans le sable, le premier roman écrit par Michel Bussi (scénarisé par Jérôme Derache et dessiné par Cédric Fernandez), récit de vengeance et de culpabilité sur fond de trauma du Débarquement en Normandie.

    Autre tête d’affiche: Franck Thilliez. Et même “têtes d’affiches” au pluriel, puisque Le Syndrome E réunit pour la première fois les deux héros fétiches de l’auteur de thriller, Franck Sharko et Lucie Henebelle, pour une histoire de film qui rend aveugles et une enquête qui multiplie les cadavres. Et on pourrait même ajouter encore une autre “tête” connue, puisque c’est Sylvain Runberg (le scénariste qui approche la centaine d’albums) qui assurera l’adaptation, avec Luc Brahy au dessin.

    En 2021, même niveau, avec tout d’abord l’Agence des invisibles, une création originale de Marc Lévy, scénarisé également par Runberg avec cette fois Espé au dessin. Mais aussi Les Déracinés, d’après le roman de Catherine Bardon, autour de l’exil de juifs en République dominicaine, adapté par l’auteure avec Winoc au dessin ou Autobiographie d’une courgette de Gilles Paris, dont se sera la seconde adaptation après le film d’animation à succès (scénarisé par Ingrid Chabert et dessiné par Camille K)

    Egalement annoncés pour la deuxième partie de l’année prochaine, L’Île des oubliés de Victoria Hislop, scénarisé par Roger Seiter et dessiné par Fred Vervisch, ainsi que la suite du Syndrome E (prévu en trois tomes) ou une biographie graphique de Simenon signée Rodolphe et Maucler ou le polar rétro Mystère Rue des Saint Pères d’après le roman de Claude Izner, adapté par Morvan et Bruno Bazile.

    Quelques pépites sont même déjà programmées pour 2020, comme une nouvelle adaptation de La Nuit des temps de Barjavel, signée Christian de Metter (qui pourra donc se comparer à la vision qu’en développe Philippe Gauckler dans Kébec) ou Seul le silence d’après R.J.Ellory par Fabrice Colin et Richard Guérineau ou encore Glacé, de l’autre spécialiste français du thriller, Bernard Minier, par Philippe Thirault et Mig.

    Le premier roman de Michel Bussi, “Gravé dans le sable”, sera aussi le premier album de Philéas, ainsi dévoilé lors de la visio-conférence de lancement de la maison d’édition.

    Vu l’ambiance actuelle dans l’édition, le pari peut donc paraître risqué, mais il est triplement bordé. Déjà par la solidité et l’envergure de la maison mère et ses nombreuses ramifications (Editis, pour rappel, c’est notamment Robert Laffont, Plon, Sonatine, Pocket, Fleuve Noir, Presses de la Cité, les Escales, XO ou Julliard). Ensuite par le fait de s’entourer de “blockbusters” littéraires, jouant sur l’intérêt des fans déjà conquis de Bussi, Thilliez ou Marc Levy pour compléter leur collection avec des versions graphiques ou, a contrario, jouant sur ces noms pour attirer des lecteurs de bande dessinée.

    Pas de quoi révolutionner le 9e art, d’autant que les premières planches dévoilées (voir ci-dessous) se montrent, dans leur grande majorité assez classiques, dans un style réaliste de bonne tenue. Et la tendance à voir se multiplier les adaptations littéraires n’est pas forcément signe de renouvellement et d’innovation. Mais, à l’inverse, d’autres, comme Futuropolis par exemple ont sortis d’excellents albums de ce type. Bref, il faudra juger sur pièces.

    Débarquement annoncé pour octobre 2020, donc

    “Gravé dans le sable” débarque cette fois en bande dessinée.

     

     

    Deux planches de “l’Île des oubliés” de Victoria Hislop, dessinées par Fred Vervish.

     

    “Le Syndrome E”, déjà culte (pour les fans de Franck Thilliez) avec la visualisation pour la première fois des deux héros fétiches de l’auteur.
    Nouvelle “Autobiographie d’une courgette”, dessinée par Camille K.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le fond de l’air n’est plus Fred

    Dans la soirée du 2 avril, Fred s’en est allé discrètement.  Il avait 82 ...

    Un peu perdu “sur la piste du Marsupilami” d’Alain Chabat

    Après Tintin, c’est au tour d’un autre héros de la bande dessinée franco-belge, le ...