Gai-Luron est triste, Hamster moins jovial… Gotlib est mort

    Les éditions Dargaud ont annoncé ce dimanche le décès de Gotlib, âgé de 82 ans.

    cy11czhweaa8q8lGai-Luron est triste, Hamster moins jovial et nous tombe dessus un petit coup de blues et de nostalgie. Gotlib, alias Marcel Gottlieb est décédé à l’âge de 82 ans.
    De Pif et Vaillant, où il fit ses armes au début des années 60 jusqu’à son retrait progressif de Fluide glacial, il aura marqué des générations de lecteurs, révolutionné en partie la presse BD à l’aube des années 70, suscité de nombreuses vocations et incité à plusieurs reprises de ses oeuvres (récemment encore Gai-Luron ou Super Dupont) toujours marquées par une humble dévotion à leur créateur.

    Et pour beaucoup, il aura marqué indélébilement (et pas débilement du tout) les esprits par cet humour loufoque, non sensique (et parfois scatologique) puisé en partie chez les Américains de Mad mais qui apparaissait comme une vraie nouveauté et un grand coup d’air frais…

    Avec un peu de retard, du à un léger décalage biologique, le lycéen du début des années 80 que je fus le découvrit aussi comme une sorte de maître à (mal)penser, à porter l’humour aux confins de l’absurde et d’un réjouissant délire abolissant le bon ou le mauvais goût pour lui apporter une saveur unique. Et persistante.
    Signe d’un vrai talent et d’un vrai auteur, ses Dingodossiers (scénarisés par Goscinny pour Pilote) et ses Rubriques-à-brac (conçus en solo) se lisent et se relisent encore avec le même plaisir, la même fascination devant la verve et l’expressivité des dessins, à la fois dépouillés et précis. Quant à Gai-Luron ou Super-Dupont, ils sont entrés aussi dans le patrimoine culturel national. Et la petite coccinelle fétiche des Rubriques tout comme son Isaac Newton le mériteraient également.

    celmar2Auteur, Gotlib fut aussi un “éditeur” révolutionnaire pour la presse BD. En quittant Pilote pour aller fonder L’Echo des Savanes avec Mandryka et Claire Brétecher en 1972, il synthétise le nouvel esprit libertaire (mais sans oublier d’être potache) post-soixante-huitard. Un genre qu’il mènera encore plus loin en créant son journal, Fluide glacial, en 1975. Le « magazine d’Umour et Bandessinées » s’impose comme l’expression d’un nouvel humour, à la fois “décomplexé” et pluriel. Et ce n’est pas par hasard si les fondations – solides – posées par Gotlib sont encore là et si Fluide, malgré quelques vicissitudes et péripéties éditoriales est toujours bien là, ayant permis l’éclosion de plusieurs générations d’auteurs (des historiques Binet ou Edika à toute la nouvelle vague récente de ces dernières années). 

    A partir des années 80, Gotlib se retire progressivement de son journal, se réservant les éditoriaux où la plume malicieuse et toujours aussi adepte des jeux de mots se substituait au pinceau, avant de vendre Fluide Glacial après le départ en retraite de Jacques Diament (son ami de toujours et responsable administratif et financier) au groupe Flammarion. Tout récemment le titre a été repris par les éditions Bamboo.

    Auréolé d’un titre de Grand prix du festival d’Angoulême en 1991, Gotlib n’avait rien produit depuis 1986, mais il restait l’un des grands “maîtres” du genre.

    A l’occasion de ses 80 ans, en juillet 2014, les éditions Fluide glacial avaient réalisé un très beau livre hommage, que l’on va donc relire en cette fin 2016 avec plus d’émotion encore. Et cet été, preuve de la présence toujours forte du personnage et de son oeuvre, c’était l’Express qui lui consacrait encore un joli hors série. Sur internet, Nul doute que demain, il sera encore à la une de la presse. Et dans l’esprit de beaucoup.

    gotlib-dessin

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le prix France Info pour Luz

    Le 22e Prix France info de la bande dessinée d’actualité et de reportage vient ...

    Au Nord, le Fauve Jeunesse

    Premier album primé de cette 42e édition d’Angoulême: le Fauve jeunesse. Les autres seront ...

    “La Grande Guerre de Charlie” :”C’est avant tout un coup de coeur”

    En complément de la présentation de l’album La Guerre de Charlie, Laurent Lerner, de ...

    Toujours plus de bandes dessinées en 2011

     Rituel, le rapport annuel du secrétaire général de l’ACBD, Gilles Ratier, vient de sortir. ...