“La Lune est Blanche”, “Azimut”, “Irmina” : des bandes dessinées de prix

    A quelques jours du festival d’Angoulême, et après l’ACBD, plusieurs médias et associations ont aussi décerné leurs prix pour des albums parus en 2014.

    La Lune est blanche pour France Info

    Lunestblanche-couvPremière récompense réjouissante, celle décernée par France Info, pour son prix de la bande dessinée d’actualité, à La Lune est blanche, d’Emmanuel Lepage (éditions Futuropolis).
    Le jury l’a choisi parmi des autres titres en lice : Clandestino d’Aurel / Glénat, Energies extrêmes de Daniel Blancou et Sylvain Lapoix / Futuropolis, Etre là avec Amnesty International de Christophe Dabitch / Futuropolis, Florange, une lutte d’aujourd’hui de Tristan Thil et Zoé Thouron / Dargaud, Frères de terroirs de Jacques Ferrandez et Yves Camdeborde / Rue de Sèvres, Journal d’une Femen de Michel Dufranne et Sévérine Lefebvre / Le Lombard, La Fantaisie des Dieux, Rwanda 1994 d’Hippolyte et Patrick de Saint-Exupéry / Les arènes, La Machine à influencer de Brooke Gladstone et Josh Neufeld / Cà et Là, Les Larmes du seigneur afghan de Thomas Campi, Vincent Zabus et Pascale Bourgaux / Dupuis, Omaha Beach, 6 juin 1944 de Dominique Bertail, Morvan et Séverine Tréfouël / Dupuis et Yékini, le roi des Arènes de Lisa Luguin et Clément Xavier / FLBLB…

    Azimut et Les Vieux fusils plebiscités par BD Gest

    azimut2-couvAutre prix que je partage pleinement, ceux décernés par les internautes inscrits sur le site BD Gest, le site de référence en matière de bande dessinée. Dans ses “BD Gest arts 2014“, le prix du meilleur album est revenu aux Vieux fourneaux, de Lupano et Cauuet (ed. Dargaud), devant Blast (de Larcenet) et Little Tulip (de Boucq et Charyn). Azimut, tome 2, du même Lupano avec Andreae a pour sa part récolté deux prix (mérités), pour le meilleur scénario et la couleur. Et La Lune est blanche, de Lepage, récolte le prix du meilleur dessin.

    Artémisia et Irmina, même combat

    irminaL’association Artémisia qui défend la bande dessinée féminine a elle aussi attribué son prix annuel. En le différant de quelques jours à cause du trauma Charlie Hebdo et en le dédiant à “la liberté d’expression et aux femmes, en hommage à Elsa Cayat assassinée, à Catherine Meurisse, dessinatrice de notre sélection, et à toutes celles qui continueront à faire entendre la voix et le rire des femmes dans la presse indépendante C’est donc le 13 janvier (et non le 9 comme traditionnellement, pour saluer le jour de naissance de Simone de Beauvoire) qu’elle a recompensé Irmina, de Barbara Yelin (Actes Sud BD), Irmina, histoire d’une jeune allemande partie en Angleterre dans les années 30, tombée amoureuse d’un étudiant noir d’Oxford puis mariée avec un architecte officier de la SS. Un récit inspiré par la vie de la grand-mère de l’auteure.

    avec ses rêves de liberté et ses espoirs d’indépendance. Contrainte de revenir en Allemagne, elle est séduite par le régime nazi et portée par une complaisance coupable. L’aquarelle illumine le dessin sombre et porte une narration sans ambiguïté sur la compromission de la grand-mère de l’auteure. Un héritage qui sonne comme un avertissement.

    Les cinq finalistes de la Fnac

    Enfin, notons que la Fnac décernera son prix BD Fnac 2015 également un peu avec retard. Il sera connu ce mardi 20 janvier. Les cinq finalistes sont Angel Wings de Romain Hugault et Yann (ed.Paquet), l’Arabe du futur de Riad Sattouf (Allary editions), Les vieux fourneaux, t.1 de Cauuet et Wilfrid Lupano (Dargaud), Little Tulip de Boucq et Charyn (Casterman) et Un océan d’amour (chouchou perso) de Panaccione et Lupano (encore).

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    “Charlie Hebdo”, parce qu’il le Wo bien

    Pour en finir, et conclure, sur cette histoire du nom de Wolinski écorché sur ...

    Les Picards à Angoulême

    La 38e édition du Festival de la bande dessinée d’Angoulême ouvre ses portes ce ...

    Un week-end BD en bord de Mers

    Le 6e Salon de “Mers les Livres” se tient ce week-end dans la cité ...

    Gai-Luron, parce qu’il le vaut bien !

    Les nouvelles aventures de Gai-Luron, tome 2 : Gai-Luron passe à l’attaque. Pixel Vengeur (dessin),  ...

    Des analyses sur la BD et la guerre de 14-18

    On l’avait repéré, voilà quelques temps déjà, lors de la publication d’une étude générale ...

    La sombre beauté de l’amour à mort

    La mère et la mort / Le départ, Alberto Laiseca et Alberto Chimal (scénario), ...