Siné a passé l’arme à (l’extrême) gauche

    Ce jeudi 5 mai, à 8 heures, le dessinateur Siné est décédé à l’hôpital Bichat des suites d’une opération, a-t-on appris de son entourage.

    medias-presse-sine-hebdo_5592949Mourir le jour de l’Ascension, pour un anar farouchement athée comme Siné, il faut y voir un dernier bras d’honneur. Le dessinateur est décédé ce matin à l’hôpital Bichat des suites d’une opération des poumons…

    Avant-hier, il écrivait sa dernière zone, publiée hier sur le site de Siné Mensuel :
    Ça m’énerve grave
    . Depuis quelque temps, vous avez dû remarquer que je ne nageais pas dans une joie de vivre dionysiaque ni dans un optimisme à tous crins, ce qui est pourtant mon penchant habituel. Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau ! C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux !Heureusement que vous êtes là, admirateurs inconditionnels, adulateurs forcenés… vous ne pouvez pas savoir comme vos messages me font du bien, un vrai baume miraculeux !
    Et banzaï malgré tout !

    La dernière "une" de Siné, pour le numéro de mai de Siné mensuel
    La dernière “une” de Siné, pour le numéro de mai de Siné mensuel

    Il avait déjà été absent du numéro d’avril de Siné mensuel. Mais avait fourni deux unes (en avril et mai) particulièrement rageuses et vivantes. A l’image d’une vie toute entière dédiée à la révolte face à l’ordre établi. Vie qu’il avait en partie racontée dans son autobiographie dessinée en plusieurs épisodes…

    Né Maurice Sinet, le 31 décembre 1928 à Paris, il était fils d’un ferronnier anarchiste (bon sang ne saurait mentir) et d’une épicière. Entré à l’école Estienne en 1942, il devient graphiste. Ses premiers dessins sont publiés en 1952 dans France Dimanche. En 1955, il reçoit le grand prix de l’humour noir pour son recueil Complaintes sans paroles, préfacé par Marcel Aymé et postfacé par Jacques Prévert.
    En 1957, il publie 
les Chats, une oeuvre marquante qui lui donnera une première notoriété. En 1958, il entre à l’Express, mais sa fougue anticolonialiste durant la guerre d’Algérie passe mal et il finit par démissionner en novembre 1962. Il rebondit en créant son propre hebdo Siné Massacre. Et il prend part à Mai 1968 avec l’Enragé. Il participe ensuite à Hara-Kiri, dessine pour l’Humanité Dimanche et rejoint l’équipe de Charlie Hebdo en 1981.
    Il fait aussi partie du “second Charlie Hebdo”, celui de Philippe Val, en 1993, mais les relations se tendent progressivement avec le directeur de la rédaction et son orientation de plus en plus atlantiste et droitière. Il se fait virer de Charlie en 2008, accusé d’antisémitisme pour une évocation du fils de Sarkozy. Siné sortira totalement blanchi par la justice de cette accusation. Mais, suite à l’émotion suscité par ce licenciement, Siné et sa femme, Catherine Sinet, fondent Siné hebdo. Celui-ci passe ensuite mensuel et continue aujourd’hui de développer un humour sarcastique et politique.

    Pour conclure, quoi de mieux que cet extrait du film de Stéphane Mercurio “Mourir: plutôt crever !“, ou il évoque, avec le Picard Benoît Delépine, leur projet d’un caveau commun au cimetière de Montmartre…

    [youtube]http://youtu.be/XiO9x2XnZ24[/youtube]

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    • LECLERCQ

      Super philosophie de vie (et de mort) ! j’aimerai être aussi légère ! à plus Siné!

    • LECLERCQ

      Super philosophie de vie (et de mort) ! j’aimerai être aussi légère ! à plus Siné!

    • Sylvie Lachaume

      Belle ascension ! Sacré Siné, entrer directement, en zone VIP ! Avait-il mentionné une intention quelconque de nous envoyer les clefs ?

    • Sylvie Lachaume

      Belle ascension ! Sacré Siné, entrer directement, en zone VIP ! Avait-il mentionné une intention quelconque de nous envoyer les clefs ?

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    De nouvelles briques à l’édifice

    Des ventes estimables et des expos. Plus de six mois après sa sortie, De ...

    Blue thermal, quand l’amour est bleu ciel

     Blue thermal (série en cours), Kana Ozawa (scénario et dessin). Editions Komikku, 194 pages, ...

    Qu’ils y restent, conte magistral

     Qu’ils y restent, Régis Lejonc et Pascal Mériaux (scénario), Riff Reb’s (dessin). Editions de ...

    Le conte est bon (et picard) avec la Niche du Déhu

    Après le projet de revue dessinée picarde, restons en un peu encore avec la ...

    Un condensé frappant de 300 ans de presse non-conformiste

    Revue de presse, Toma Bletner (scénario), Romain Dutreix (dessin). Editions Fluide glacial, 120 pages, ...