Fabcaro, toujours très “Open” sur l’humour absurde

    Open bar, 1ère tournée, Fabcaro. Editions Delcourt, coll.Pataquès, 56 pages.

    Depuis Zaï, Zaï, Zaï, Zaï, et son incroyable (mais pas immérité) succès critique et public, Fabcaro est devenu une référence en matière d’humour absurde. Il n’est pas illogique de le retrouver ici dans la collection “Pataquès” dédiée à “l’humour qui prend aux strips” (et déjà forte de quelques belles références en la matière comme Amour, djihad & RTT, La sémantique c’est élastique ou Teamb Méluche). Open bar donc pour le fou-rire dévastateur, la banalité quotidienne transfigurée par le non-sens, la juxtaposition baroque des univers, etc.

    Cette “première tournée” (qui en appelle logiquement d’autres…) réunit des planches parues, dans leur quasi-totalité, dans les Inrockuptibles. Petites pépites hebdomadaires sans suite, avec leur logique propre (dans l’esprit de Moins qu’hier, plus que demain autour de l’amour et du mariage). Et une orientation ciblée sur la culture, ses clichés et ses ridicules (avec quelques pages très drôles sur l’art contemporain, la musique classique, le doublage des western de Sergio Leone ou cette hilarante interview dans laquelle les fulgurances littéraires repérées par le présentateur s’avèrent être, comme l’écrivain l’avoue sans gêne, le fait d’un correcteur orthographique défaillant d’un smartphone) ou la classe des “bobos” sensibles au politiquement correct.

    On retrouve dans ce recueil le graphisme minimaliste de Zaï, Zaï, Zaï, Zaï (effet renforcé, dans la grande majorité des planches, par la répétition à l’identique du même dessin) ainsi qu’un style esquissé et froid, amplifié par une bichromie aux tonalités gris métallique. Une approche volontairement neutre qui rend d’autant plus surprenante la fantaisie pétillante des propos. Les effets de décalage adoptés par Fabcaro sont désormais relativement connus (un coiffeur qui parle comme un professeur bourdieusien du Collège de France, une dame en monokini couchée dans une librairie pour mieux choisir son livre à lire sur la place, …). Mais ils marchent toujours. Et derrière la drôlerie de la forme, le fond du propos n’est jamais neutre, lui.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Radiant, premières révélations

    Radiant, tome 3, Tony Valente. Editions Ankama,  184 pages, 7,95 euros. Récemment récompensé du ...

    Le club des cinq animaux sans maîtres

     Les cinq sans maîtres, tome 1, Cazenove et Karinka (scénario), Jytéry (dessinateur), Amouriq et ...

    La belle nostalgie du futur

    Souvenirs de l’empire de l’atome, Thierry Smolderen, Alexandre Clérisse, éditions Dargaud, 144 pages, 19,99 ...

    10 histoires pour autant d’idées fausses sur la pauvreté

    ATD Quart Monde édite sa première bande dessinée, pour démonter les préjugés sur les ...

    UW1, le bon tempo

     UW1, tome 6: le Patriarche, Denis Bajram. Editions Soleil, coll. Quadrant solaire, 60 pages, ...

    Avec “Fairyland”, Skottie Young le magicien ose le conte trash

    I hate Fairyland, tome 1: le vert de ses cheveux, Skottie Young. Editions Urban ...