Flipette et Vénère, deux sœurs, deux vies, une infinité de vérités

    Flipette & Vénère, Lucrèce Andreae. Editions Delcourt, coll.Encrages, 340 pages, 24,95 euros.

    Flipette c’est Clara, artiste photographe. Vénère c’est Axelle, anar-associative qui lutte pour la réinsertion des plus pauvres. Elles sont sœurs mais vivent loin de l’autre et n’ont rien en commun. La première passe son temps à se questionner sur la crédibilité de son travail et comment se positionner artistiquement dans le monde d’aujourd’hui. La deuxième se bat quotidiennement contre l’injustice et la misère dans la rue et au sein d’une association : La pieuvre noix de coco. Après plusieurs années de silence, elles se retrouvent après qu’Axelle se soit cassé la jambe.

    Pas de fantaisie dans le scénario, mais bien un bon prétexte qui impose à ceux qui s’opposent de se confronter quotidiennement. Clara, la jeune bobo, se retrouve au cœur du microcosme d’Axelle et découvre une nouvelle vision du monde qui l’a sort de sa zone de confort. Evidemment sa vie d’artiste apolitique lui semble bien vite résonner creux comparée à l’utilité directe et militante de celle d’Axelle.

    Cet album s’inscrit dans un débat qui anime la jeunesse d’aujourd’hui : comment donner un sens à sa profession ? Qu’est-elle le meilleur moyen de faire avancer notre société de la façon la plus juste possible ? Avoir une bonne répartie ou une grande gueule suffit-il à imposer son mouvement de pensée ? Cet ouvrage, loin de prétendre aborder tous les thèmes, force le lecteur à se positionner au cours du scénario, et met en lumière les contradictions de chaque camp.

    Loin des débats philosophiques, la légèreté et l’humour sont bien présents et permettent d’aborder ce type de sujet de la meilleure des façons, sans prise de tête.

    Côté dessin, la ligne claire est très belle. Le jeu de couleur alterne entre classique et flashy selon les ambiances, et c’est assez rare pour le noter, les teintes les plus criardes sont parfaitement bien équilibrées. Bref, le temps d’une lecture agréable, un rappel rapide que la remise en question de chacun est une quête continuelle, et qu’il n’y a pas de vérité générale sur les thèmes de société actuel.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Quand les héros chinois deviennent populaires

     Héros du peuple, tome 2: le dernier Maruta, Régis Hautière (scénario), Patrick Boutin-Gagné (dessin), ...

    Le plein d’idées noires

    Réalités obliques, tome 2 : mondes obliques, Clarke. Edition du Lombard, 160 pages, 16,45 ...

    Avec Chico & Rita : Cuba, si !

    CHICO & RITA de Javier Mariscal et Fernando Trueba, ed. Denoël Graphic, 224 pages, ...

    Bande photographiée

    14 des 18 auteurs de l’album collectif La Crise, quelle crise ? sont à ...

    Zombillénium, monstres et (bonne) compagnie à l’écran

    Déjà très visuelle et d’un graphisme très “animé”, la série Zombillénium est désormais un ...

    Royal Aubrac, un lieu, une histoire, une vie…

    Royal Aubrac, T1, par Christophe Bec et Nicolas Sure, éditions Vents d’Ouest, 13,90€. Connaissez-vous ...