Un huis-clos biblique et sensoriel sauce yakuza

    Adam et Eve, tomes 1 et 2, Yamamoto (scénario), Ikegami (dessin). Editions Kazé, 192 pages, 8,29 euros.
    Tokyo, de nos jours. Un bolide surgit dans la nuit, à tombeau ouvert. Au volant, une simple paire de gants immaculés… Le véhicule stoppe sa course devant un luxueux club privé où sont réunis en secret sept des plus redoutables yakuzas que compte le Japon. Sept chefs de clan cultivant chacun un talent pour l’un des cinq sens du corps humain (l’ouïe, la vue, le toucher, l’odorat et le goût). Accompagnés de charmantes hôtesses aux yeux bandés, ces derniers voient leur petite sauterie perturbée par deux invités surprise et… invisibles. Deux êtres d’une violence inouïe qui n’auront de cesse d’éliminer ces malfrats menés par le très perspicace Smell. Qui sont ces invisibles ? Que veulent-ils ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Autant de questions qui s’entrechoquent en même temps que les morts s’amoncèlent…
    Difficile, très difficile de classer cet Adam et Eve dans lequel se mêlent thriller, action, suspense, fantastique, psychologie et spiritualité. Un récit simple et complexe à la fois imaginé par Hideo Yamamato à qui l’on doit plusieurs mangas à succès (Ichi the killer, Hikari-Man ou  Homunculus).
    Simple parce que quasiment toute l’histoire se déroule dans une seule et unique pièce et complexe tant on peine à comprendre le pourquoi du comment. La force du scénario réside ici dans son originalité et sa capacité à nous tenir en haleine et comme dans un jeu de pistes, on se demande qui sont ces deux invisibles, exterminateurs de yakuzas. Démons ? Tueurs à gages ? Tour de magie ? Rêve éveillé ?
    L’énigme sera finalement assez vite résolue dans ce manga de seulement deux volumes au cours desquels le mangaka distille, dans un huis-clos intense, les indices puis la (divine) révélation que l’on ne dévoilera évidemment pas.
    Une chose est sûre, on ne s’ennuie pas un instant et chaque page nous  incite à tourner fiévreusement la suivante. Panaché de scènes d’action, ce seinen pour lecteurs avertis est valorisé par des personnages charismatiques comme ce Smell décidément difficile à sentir… Un drôle de type «buvant» ses  verres de whisky par le nez. Comme lui, chaque mafieux possède un sens hyper-développé. Ce qui n’est pas de trop pour rester (ou pas) en vie.
    Autre point fort du manga, la retranscription si particulière de l’ambiance yakuza même si le tome 2 glisse dans une atmosphère quasi psychédélique, voire biblique. On en a déjà trop dit sauf évidemment sur la qualité du dessin de Ryoichi Ikegami, grand spécialiste du « milieu » japonais. Crying freeman, Sanctuary, Strain, Heat..., le dessinateur sait faire quand il s’agit de parler yakuza avec des décors extrêmement réalistes et un style aussi efficace qu’un gros calibre. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est de prendre littéralement une claque devant les combats livrés entre les invisibles et les mafieux. Notamment lorsque les coups invisibles s’abattent sur leurs adversaires. Plutôt inédit, l’effet d’optique est stupéfiant ! Visiblement, dessiner un être invisible ne pose aucun souci à Ikegami. Autant de raisons donc de goûter à ce fruit défendu…
     
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La croisière s’amuse

    LE MARIN, L’ACTRICE ET LA CROISIERE JAUNE, t.1 : un nouveau départ, de Régis ...

    Un autre homme qui marche

    Furari, de Jirô Taniguchi, éditions Casterman, 212 pages, 16 euros. L’homme qui marche demeure ...

    La renaissance de Bob et Bobette

    Amphoria, Bob et Bobette: la saga commence, Marc Legendre, (scénario), Charel Cambré (dessin). Editions ...

    Au service de Lucifer

    Cornélius Shiel, tome 1 : La princesse des abysses,Patrick Mallet, Patrizio Evangelisti. Editions Delcourt, 52 ...

    Geluck se démultiplie avec son Chat

    Le Chat, tome 20 : Le chat fait des petits, Philippe Geluck. Editions Casterman, ...