Île était une fois, Groix

    Insulaires, Prosperi Buri. Editions Warum, 104 pages, 18 euros.

    Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir eu des parents groisillons (originaires de l’île de Groix, en Bretagne). L’auteur rennais Prosperi Buri, si. Et il en distille les anecdotes et légendes depuis quelques années, sous forme d’histoires courtes, revues à sa sauce.

    Des Légendes comme celle du « trou du diable », au sud de l’île devenu un site à touristes ou celle de la Korrigez, hideux monstre marin qui venait dévorer les bébés laissés en bord de plages par leurs mères occupées à récolter des crustacés, à moins que cette sirène dévoreuse d’enfants soit surtout un bon prétexte pour se débarrasser des enfants non désirés, alors que la bigoterie ambiante interdisait de songer à avorter.

    Prosperi Buri évoque aussi des épisodes historiques méconnus, comme cette épidémie de dysenterie qui dévasta l’île dans les années 1777-1779, due aux navires de la Compagnie des Indes ou encore des « petites histoires » de la vie insulaire – marquée aussi par la visite pour un long reportage de Roger Gicquel (devenu ici Roger Jikel). Et ce recueil s’achève en beauté par une histoire plus longue – et plus absurde – où toute l’île, habités de gens férus de sciences – se pique d’envoyer une montgolfière dans l’espace afin de « donner à Groix sa place dans la course aux étoiles » (et aussi de prévenir l’invasion « boche ») ; l’expérience virant à l’énigme quand le simplet de l’île disparaîtra mystérieusement de la nacelle. Après le vol inaugural…

    Aussi à l’aise pour conter l’histoire des Doors (pardon, des « Portes ») que pour évoquer les rugueux pêcheurs iliens de Groix, Prosperi Buri y imprime sa marque très personnelle, mélange d’humour loufoque et d’infos très documentées, le tout transcrit dans un style caricatural et dépouillé, en noir et blanc, à la plume ou au stylo, dans une forme d’austérité qui sied bien à l’atmosphère qu’il décrit.

    Si l’épisode avec Roger Gicquel est inédit (et était envisagé au départ comme un fil rouge reliant tout l’album) les autres récits avaient déjà été publiés entre 2006 et 2010, notamment dans la revue « Lapin » de l’Association. Et « la Montgolfière », a été initialement publiée chez Warum en 2006, mais comme un récit irlandais, devenu « groisillon » en changeant les patronymes.

    Bonne idée, en tout cas, d’avoir rassemblé en un seul volume toutes ces « petites histoires », qui se répondent et gagnent ainsi en densité. Surtout joliment éditées comme ici dans un beau volume singeant les éditions Hertzel des romans de Jules Verne. Un drôle de chemin de Groix que l’on prend grand plaisir à parcourir !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La croisière s’amuse

    LE MARIN, L’ACTRICE ET LA CROISIERE JAUNE, t.1 : un nouveau départ, de Régis ...

    Une réalité aussi froide que la guerre du même nom

    Jeu de dames, tome 2, Toldac (scénario), Philan (dessin). Editions Grand Angle (Bamboo), 48 ...

    Peleliu, du paradis à l’enfer du Pacifique

    Peleliu, Kazuyoshi Takeda (scénario et dessin), avec le concours de Masao Hiratsuka pour la ...

    Le jour des morts-vivants à Rome

    12 heures plus tard, le matin des morts-vivants, Zerocalcare. Editions Cambourakis, 112 pages, 18 ...