Irena toujours très vivante

     Irena, tome 3: Varso-vie, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), David Evrard (dessin). Editions Glénat, 72 pages, 14,95 euros.

    C’est du mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem, plus ou moins de nos jours, que la suite du destin d’Irena Sendlerowa se dévoile. D’abord à travers le périple d’une petite fille, Oliwka. En Pologne, en 1947, elle apprend qu’elle se nomme en fait Astar Berkenbaum. Elle qui se croyait catholique est en fait juive. Et elle doit fuir les persécutions de nouveau, du fait des communistes cette fois. Orpheline, elle se lie d’amitié avec un petit garçon, s’embarquera sur le Président Warfield, un vieux paquebot qui deviendra mondialement célèbre sous le nom d’Exodus. Finalement, elle parviendra en Palestine, se mariera, aura une petite fille. Et lui racontera, à Yad Vashem qu’elle doit sa vie à Irena.
    A la fin du précédent tome, celle-ci était en très mauvaise posture, au mains des SS. Torturée, promise à la mort, elle parviendra à s’échapper, grâce à l’aide de ses amis et de la vénalité d’un gardien. C’est désormais entourée de fantômes, mais en ayant sauvé 2 500 autres enfants, qu’elle finira la guerre. Et avec toujours l’impression de n’avoir eu qu’une attitude normale. Ou tout simplement humaine.

    En racontant le destin hors-norme d’Irena, en faisant revivre cette “Juste”, Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël et David Evrard font oeuvre d’utilité publique. Surtout au moment où le gouvernement polonais légifère sur l’interdiction du rappel de la collaboration de certains Polonais avec les nazis. Plus éclaté et distendu, ce troisième tome parvient néanmoins à conserver sa cohérence et présente cette tranche d’histoire de manière pédagogique (même si l’allusion au conflit israélo-palestinien se retrouve réduit à un seul bout de case… mais ce n’est, il est vrai pas le propos du livre).
    Comme dans les deux précédents tomes, le style rond et enfantin du dessin de David Evrard (proche de celui du Petit Nicolas par certains aspects) permet de faire passer les pires horreurs – et il y en a encore son lot cette fois – de façon pas trop traumatisante. Et, surtout, il distille une empathie indéniable avec son personnage.

    Ce troisième tome devait être le dernier, mais il faut croire que la générosité d’Irena dépassait le cadre. Un quatrième tome est ainsi annoncé pour le mois de septembre prochain.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les légendaires “Jean-Guy” du Québec reparaissent

    La légende des Jean-Guy, Claude Cloutier. Editions La Pastèque, 56 pages, 16 euros. Parution ...

    Un bonheur pas complet Made in Normandie

    Martin Bonheur, Jérôme Félix (scénario), Stéphane Louis (dessin). Editions Grand Angle, 80 pages, 16,90 ...

    Blue thermal, quand l’amour est bleu ciel

     Blue thermal (série en cours), Kana Ozawa (scénario et dessin). Editions Komikku, 194 pages, ...

    Mai 68 (3/6): Le drôle de mois de Célestin Speculoos

    Célestin Spéculoos, tome 2: Mai 68, Yann (scénario), Denis Bodart (dessin). Editions Vents d’Ouest, ...

    U-book dans le Pacifique

    Pacifique, Romain Baudy, Martin Trystram, éditions Casterman, 80 pages, 15 euros. Voilà un premier ...

    Dans l’intimité de Léonard de Vinci

    Léonard & Salaï, tome 1, Benjamin Lacombe, Paul Etchegoyen. Editions Soleil, Coll.Noctambule, 96 pages, ...