Irons, le retour de l’homme de fer

    Irons, tome 1: ingénieur-conseil, Tristan Roulot (scénario), Luc Brahy (dessin). Editions Le Lombard, 56 pages, 12,45 euros.

    Faire d’un ingénieur des ponts-et-chaussée (bon, “ingénieur-conseil”) un héros de bandes dessinées d’aventures est un pitch pour le moins insolite et osé. C’est le pari tenté par Tristan Roulot (Hedge Fund ou le récent Arale) et Luc Brahy (Alto Plano, Mission Osirak) avec Jack Irons.

    Spécialiste en superstructures de béton et d’acier, en construction et destruction de ponts, misanthrope et sarcastique, marqué par un drame familial, ce dernier a aussi une fâcheuse tendance à se retrouver là où tout va mal.
    Dans ce premier tome, on le retrouve sur l’île du Prince Edouard, au bout du Canada, cherchant à rejoindre en taxi le New-Brunswick. Mais voilà que le pont de la Confédération, qui relie l’île au continent explose, tandis qu’une banque locale vient d’être braquée. Coincé sur place, il mène ses propres investigations, plus ou moins contraint de collaborer avec la jolie inspectrice de police locale, sur fond de tensions récurrentes entre la compagnie qui gère le pont et les pêcheurs locaux qui accusent l’édifice d’avoir fait disparaître les homards, leur gagne-pain.

    Certes, avec sa carrure d’athlète et son crâne chauve, Jack Irons a le physique de l’emploi et apparemment un passé trouble d’homme d’action qui dépasse ses strictes fonctions. Mais l’intérêt de cette nouvelle série (un tome 2, Les sables de sinkis, est déjà annoncé) est de ne pas surjouer sur le côté héroïque. Assez complexe et emberlificotée (et résolue bien sûr à la fin), l’intrigue réservera une relative surprise mais se révélera surtout assez tristement banale. De même, les déductions d’Irons sont logiques et basées sur ses connaissances professionnelles. Enfin, la description du quotidien de cette île canadienne, bien détaillée au fil des pages, ajoute une dose de véracité et d’ancrage local à l’ensemble. De quoi rendre assez prenante cette première histoire et de passer outre un dessin assez sommaire s’agissant des visages des différents personnages.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Sur le fil de l’histoire pour les enfants

    La guerre des tranchées, l’enfer des poilus ; coll. Le fil de l’Histoire racontée ...

    Zibeline atteint bien l’autre rive

    Zibeline, tome 1: sur l’autre rive, Régis Hautière et Régis Goddyn (scénario), Mohamed Aouamri ...

    Pour le Choix des femmes

    Le choix, Désirée et Alain Frappier. Editions La ville brûle, 120 pages, 15 euros. ...

    Johnny et le droit à la caricature

    La récente couv’ de Charlie hebdo consacrée à Johnny Hallyday avait suscité l’émoi – ...

    Notre-Dame de Paris, mémoire vive

     Dans les coulisses de Notre-Dame, Elodie Font (scénario), Joël Alessandra (dessin). Editions Jungle, 120 ...

    Adrastée, le beau sens de la vie

    Adrastée, tome 2, Mathieu Bablet. Éditions Ankama, 80 pages, 15,90 euros. Mathieu Bablet poursuit ...