Johnny et le droit à la caricature

    La récente couv’ de Charlie hebdo consacrée à Johnny Hallyday avait suscité l’émoi – et, dans certaines sphères, plus encore que celle consacrée à Edwy Plenel à l’origine de l’hystérique débat sur la laïcité de ces dernières semaines).

    Pourtant, Charlie hebdo n’innovait pas avec cette Une. Depuis des années, l’hebdo satirique a multiplié les unes ironiques – voire très ironiques – et irrévérencieuses sur Johnny Hallyday (petit florilège ci-dessous). Charb, Riss, Cabu y sont tous allés de leur plume. En rapport avec l’actualité du moment (ses ennuis de santé, ses ennuis fiscaux, etc).

    En ce jour où le chanteur vient de nous quitter – suscitant une vraie émotion sincère chez ses fans et une surenchère médiatico-politique qui risque vite de basculer dans le ridicule – c’est justement l’occasion de rappeler que c’est le rôle d’un journal satirique que de ne respecter aucune “idole”, qu’elle soit religieuse ou artistique, que de se moquer de tous les pouvoirs et “institutions”. C’est justement l’une des valeurs de la démocratie et de la République que de lui permettre cela.

    Ensuite, charge à chacun d’avoir suffisamment d’humour et de distanciation pour reconnaître ce droit à la caricature (et, généralement, les “victimes” des dessins relativisent nettement plus que certains de leurs thuriféraires). Ce qui n’implique pas l’obligation d’apprécier forcément tous les dessins.
    Et il est, logiquement, toujours plus difficile de rire de soi (où de ceux qu’on aime) que des autres.
    Cette désacralisation de l’idole est aussi une manière de rendre hommage à l’homme qui existe derrière elle, avec ses forces et ses faiblesses. Forcément humaines.

    La dernière Une de “Charlie hebdo” consacrée à Johnny Hallyday, voilà trois semaines.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Vin sur vin pour les Fondus

    Les fondus des vins de nos régions en bande dessinée, Richez et Cazenove (scénario), ...

    La Revue dessinée ne chôme toujours pas

    Chômage, guerre psychologique, hommage anticipé à Pierre Barouh récemment décédé : c’est dans la ...

    Première récolte pour l’Ecluse et la Bloseille

    Le vendangeur de Paname, Frédéric Bagères (scénario), David François (dessin). Editions Delcourt, 62 pages, ...

    Quand Zeina Abirached dessine la musique orientale 

    Difficile de rester insensible au talent et à la gentillesse de Zeina Abirached invitée ...

    Canardages à tout va avec Canardo

    Canardo, tome 25: Un con en hiver, Benoît et Hugo Sokal (scénario), Pascal Regnauld ...

    L’humour libre des contes saumâtres résiste au temps

    Contes saumâtres, Yann & Co. Editions Dupuis, 52 pages, 14,50 euros. Il était une ...