La Chute et le début de la fin de l’humanité ?

     La Chute, tome 1, Jared Muralt. Editions Futuropolis, 72 pages, 15 euros.

    Si même la Suisse est touchée par un effondrement de la société, c’est que la crise est vraiment grave. C’est la dystopie, très légèrement d’anticipation, que l’auteur suisse allemand Jared Muralt imagine dans ce récit. Une histoire qui prend une dimension d’actualité toute singulière en ces jours de pandémie de coronavirus.

    Berne, dans un futur proche. La ville, comme le reste du monde est frappée par une épidémie meurtrière de grippe estivale. Depuis plusieurs semaines ou mois, la société se disloque. Canicule, pénurie d’eau, récession et crise économique mondiale, loi martiale mise en place dans plusieurs pays. Malgré tout, émeutes et vandalisme se multiplient.

    Dans ce chaos, Liam, un père de famille quadragénaire est doublement touché. Il vient de perdre sa femme, infirmière aux urgences, contaminée par ses patients, et il vient de perdre son emploi. Désormais, avec ses deux enfants Sophie et Max, il voit son quotidien totalement bouleversé. Et bientôt, sans basculer dans le camp des “alarmistes”, il en vient à songer à quitter la ville. Ce qui n’est pas si simple.

    En raison du manque de personne, les services publics sont susceptibles d’être réduits ou interrompus, les transports en commune sont toujours suspendus, les écoles et universités restent fermées, mais les cours sont accessibles en ligne… L’économie continue de se détériorer, les importations comme les exportations sont pratiquement à l’arrêt…”

    Cette description, en voix off, d’un flash info radio qui accompagne et ponctue ce premier tome, prend un air saisissant et presque quasi-prophétique alors que la France vient de passer en phase 3 de l’épidémie de covid-19. Avec la dramatisation et le frisson, bien sûr, liés aux récits d’anticipation post-apocalyptique (ou, en l’occurence pré-post-apocalyptique). Mais le choix de l’illustrateur bernois de se tenir au plus près des péripéties vécues par une famille somme toute banale accentue le réalisme du propos. Tout comme le style graphique, lui aussi d’un réalisme un peu froid et très détaillé. Description clinique oscillant entre les scènes intimistes et les séquences spectaculaires (comme la double page 16-17, avec son tableau impressionnant de la foule tentant d’entrer à l’hôpital cantonal).

    Cette Chute fait songer, par sa thématique et son approche, à l’impressionnante tétralogie du Reste du monde de Jean-Christophe Chauzy. Jared Muralt enrichit en tout cas cette thématique collapsologique d’une forte manière avec ce premier tome d’une série prévue en six épisodes.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’héroïc Fantasy, c’est ça !

    Sian Loriel, T.1 : Les Marches Carmines, Attinost & de Luca. Editions le Lombard, 48 ...

    Prokon et profond à la fois

    Prokon, Peter Haars. Editions Matière, 64 pages, 13 euros. Produire et consommer. Produire ce ...

    Tanya, diabolique tentation

    Tanya the evil, tome 1, Carlo Zen (scénario), Chika Tojo (dessin). Éditions Delcourt, 160 ...

    Siné joue les Père Noël de crise

    Paraissant tous les premiers mercredis du mois, Siné Mensuel, prend même un jour d’avance, ...

    Black sands, une île guère pacifique

    Black sands, Unité 731, Tiburce Ogier (scénario), Mathieu Contis (dessin). Editions Rue de Sèvres, ...